Science

Des scientifiques introduisent la monnaie chez des singes… la première prostituée apparaît

30 avril 2019

author:

Des scientifiques introduisent la monnaie chez des singes… la première prostituée apparaît


L’étude date un peu, mais je trouve qu’il est intéressant de la remettre en avant. Oldie but Goldie. On savait déjà que les animaux possèdent un sens de la propriété, au delà du territoire, mais on n’avait jamais observé un système de commerce chez d’autres espèces qu’homo sapiens.

C’est désormais chose faite depuis 2005, lorsqu’un duo de Yale formé d’un économiste, Keith Cheng, et d’une psychologue, Laurie Santos, a introduit un système de monnaie au sein d’un groupe de singes capucins. Vous aurez compris avec le titre comment tout cela a fini, mais revenons d’abord sur l’expérience démontrant que les singes capucins sont victimes des mêmes biais cognitifs que les humains.

« Les capucins ont des petits cerveaux et ils sont surtout portés sur la nourriture et le sexe. Vous pouvez vraiment imaginer le capucin comme un estomac sans fond. Vous pouvez leur donner des chamallows toute la journée, dit Keith Cheng , ils les vomiront et reviendront en chercher”. Un sujet parfait pour ces scientifiques qui pourront exploiter cette faille à loisir pour savoir si, oui ou non, les singes disposent des mêmes biais irrationnels que l’homo-economicus bien qu’ils n’avaient aucun but précis en débutant cette étude.

Singe achetant de la nourriture au marché
Singe achetant de la nourriture au marché

Ils commencèrent simplement par donner 1 disque d’argent, en tant que devise, à chaque singe avec la possibilité de l’échanger contre des fruits. Ils observèrent ce qu’il se passa.
Après quelques mois, les singes comprirent le procédé et les scientifiques augmentèrent le nombre de disques et les options possibles pour examiner leurs choix. Chaque singe se vit alors attribuer 12 disques à dépenser dans leur meilleur intérêt pour acheter de la nourriture à des prix différents.

Singe choisissant quelle nourriture acheter
Singe choisissant quelle nourriture acheter

Les singes ne font pas qu’utiliser la monnaie, ils en comprennent le principe

Ils leurs donnèrent le choix entre 2 produits, des raisins et des jell-O (des bonbons gélatineux) et firent fluctuer les prix pour voir si l’attitude des singes changeait. Les scientifiques découvrirent que les singes étaient capables de budgéter et qu’ils adoptaient le même comportement qu’un humain dans de telles circonstances.

Ils leur apprirent alors à parier et découvrirent que les singes étaient aussi irrationnels que les humains dans ce domaine et qu’ils étaient “statistiquement identiques à des investisseurs financiers”. En réalité, ils font les mêmes erreurs que nous encore et encore à cause des mêmes procédés cognitifs mis en place. On observe chez eux les mêmes effets de dépendance à la référence, à l’aversion aux risques et à l’effet de renversement. Je vous invite à lire cet article de Science étonnante pour mieux comprendre ces mécanismes.

Pour vous donner une idée des biais cognitifs desquels je parle, je vous invite à faire le test suivant:

Test d’Amos Tversky et Daniel Kahneman

Imaginez que je vous donne 1000€ tout de suite. Ils sont à vous, vous les mettez dans votre poche et vous en faites ce que vous voulez. Puis je vous propose d’avoir encore plus d’argent en vous mettant face à un choix. Votre première option est de tirer à pile ou face pour avoir soit 1000€ de plus si ça tombe sur pile, soit 0€ si ça tombe sur face. Puis je vous propose une seconde option où je vous donne 500€ à coup sûr. Laquelle choisiriez vous?
La plupart des gens choisissent l’option la plus safe, prendre les 500€ en plus. Mais que se passe-t-il si on ne parle plus de gain, mais de perte ?

Imaginez que je vous propose maintenant de vous donner 2000€. Puis je vous propose soit de tirer à pile ou face pour perdre 1000€ ou 0€, soit de me rendre 500€ directement. Dans ces conditions, la majorité des personnes testées choisissent l’option la plus risquée. On parle pourtant, à la fin , de sommes exactement similaires dans les deux tests : avoir 1000€ ou 2000€ en fonction de votre chance ou avoir 1500€ à coup sûr. Cette différence de comportement observée est liée à ce que Kahneman appelle « l’effet de renversement ».

Notre premier biais cognitif vient du fait que l’on éprouve le plus grand mal à penser en nombre absolu, notre cerveau se concentre naturellement sur le relatif. On se dit « Oh je vais avoir plus », ou « Oh je vais avoir moins ».

Le second biais cognitif vient de notre aversion à la perte. On déteste perdre ce que l’on considère comme acquis. Et on préfère prendre plus de risque pour le conserver, quitte à perdre plus. Les parieurs qui se sont perdus dans une martingale savent de quoi je parle.

Si ce test vous a plu, vous en trouverez davantage dans cet article sur les biais cognitifs.

Comment réagissent les singes?

[TEST 1] Les singes se sont vus proposer le même type de tests. Deux vendeurs leurs montraient tous les deux un raisin, ce qui touche à la dépendance à la référence. Mais le premier vendeur en ajoutait un deuxième à chaque fois alors que le deuxième en ajoutait parfois deux de plus, parfois zéro. Comme les humains, les singes choisissent l’option safe pour un gain sûr.

Comme les humains, les singes choisissent l’option safe pour un gain sûr

[TEST 2] De la même façon, on a soumis les singes à un deuxième test où les deux vendeurs commençaient avec trois raisins. Puis le premier enlevait systématiquement un raisin, et le second parfois 2, parfois zéro. Encore une fois, les singes réagissent de façon rigoureusement identique aux humains. Ils ont tendance à choisir l’option risquée dans cette situation, ce qui met en lumière cette aversion à la perte.

Par aversion à la perte, les singes choisissent l’option risquée

Autres comportements observés

Aussi, les comportements liés au vol furent légion. Plusieurs d’entre eux tentèrent de dérober l’argent des scientifiques qui leur en apportaient ou s’adonnèrent à de petits larcins entre eux.

Enfin! nous en arrivons au plus croustillant, ce pourquoi vous avez cliqué bande de #?*%@… quelque chose de surprenant arriva, un singe comprit que l’argent pouvait également servir à acheter des biens et services autres que la nourriture. C’est ainsi que la première prostituée capucine apparut, lorsqu’un singe échangea son argent pour obtenir ses faveurs sexuelles. Une fois dûment payée, la petite capucine s’en alla acheter des raisins.

Références :

Le laboratoire de cognition comparée de l’Université de Yale

[1] Chen, M. K., Lakshminaryanan, V. & Santos, L. R. (2006). The evolution of our preferences: Evidence from capuchin monkey trading behavior. Journal of Political Economy, 114(3). 517-537

[2] Amos Tversky; Daniel Kahneman, The Framing of Decisions and the Psychology of Choice, Science, Vol. 211, No. 4481. (1981), pp. 453-458.

[3] Lakshminarayanan, V., Chen, M. K., & Santos, L. R. (2011). The evolution of decision-making under risk: Framing effects in monkey risk preferences. Journal of Experimental Social Psychology. In Press.

[4] Monkey Business, New York Times, 5 juin 2005

[5] A monkey economy as irrational as ours https://www.ted.com/talks/laurie_santos#t-951530

Les pieds sur Terre, celle de mes ancêtres, mais la tête dans les étoiles que j'aimerais voir explorées par mes descendants. Passionné par l'infiniment grand et l'infiniment petit. Amateur de Tit-for-Tat... c'est du langage à peine codé, ceux qui doivent comprendre comprendront.
Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *