De l’importance d’une vision optimiste définie

Ceci est une loi universelle : tout ce qui est vivant ne peut devenir sain, fort et fécond que dans les limites d’un horizon déterminé. Si l’organisme est incapable de tracer autour de lui un horizon, s’il est d’autre part trop poussé vers des fins personnelles pour donner à ce qui est étranger un caractère individuel, il s’achemine, stérile ou hâtif, vers un rapide déclin. La sérénité, la bonne conscience, l’activité joyeuse, la confiance en l’avenir — tout cela dépend, chez l’individu comme chez le peuple, de l’existence d’une ligne de démarcation qui sépare ce qui est clair, ce que l’on peut embrasser du regard, de ce qui est obscur et hors de vue, dépend de la faculté d’oublier au bon moment aussi bien que, lorsque cela est nécessaire, de se souvenir au bon moment, dépend de l’instinct vigoureux que l’on met à sentir si et quand il est nécessaire de voir les choses au point de vue historique, si et quand il est nécessaire de voir les choses au point de vue non historique. Et voici précisément la proposition que le lecteur est invité à considérer : le point de vue historique aussi bien que le point de vue non historique sont nécessaires à la santé d’un individu, d’un peuple et d’une civilisation.

Nietzsche, Seconde considération inactuelle (1874)

Dans son ouvrage Zero to One, Peter Thiel évoque différentes façons de penser l’avenir dans son chapitre intitulé “Pouvez-vous contrôler votre futur ?”. Il met en avant la nécessité de se tourner vers une façon de penser optimiste mais avec des plans concrets en tête.

Vous pouvez vous attendre à ce que l’avenir prenne une forme définie ou vous pouvez le considérer comme vaguement incertain. Si vous considérez l’avenir comme quelque chose de défini, il est logique de le comprendre à l’avance et de travailler à le façonner. Mais si vous vous attendez à un avenir indéfini régi par le hasard, vous renoncerez à essayer de le maîtriser. Vous pouvez également vous attendre à ce que le futur soit meilleur ou pire que le présent. Les optimistes se réjouissent de l’avenir ; les pessimistes le craignent.

Peter Thiel, Zero to One (2014)

En combinant ces possibilités, on obtient quatre points de vue : Le pessimisme indéfini, le pessimisme défini, l’optimisme indéfini et l’optimise défini. La suite de l’article sera une traduction partielle de quelques chapitres de son livre.

Le pessimisme indéfini

Chaque culture a un mythe du déclin après un âge d’or, et presque tous les peuples de l’histoire ont été pessimistes. Aujourd’hui encore, le pessimisme domine d’énormes parties du monde. Un pessimiste indéfini regarde vers un avenir sombre, mais il n’a aucune idée de ce qu’il faut faire. C’est ce qui décrit l’Europe depuis le début des années 1970, lorsque le continent a succombé à une dérive bureaucratique non dirigée.

Aujourd’hui, l’ensemble de la zone euro est en crise au ralenti, et personne n’est aux commandes. Les Européens se contentent de réagir aux événements tels qu’ils se produisent et espèrent que les choses n’empireront pas. Le pessimiste indéfini ne peut pas savoir si le déclin inévitable sera rapide ou lent, catastrophique ou progressif. Tout ce qu’il peut faire, c’est attendre qu’il se produise, alors autant manger, boire et s’amuser en attendant.

Le pessimisme défini

Un pessimiste défini croit qu’il est possible de connaître l’avenir, mais comme il sera sombre, il doit s’y préparer. De façon peut-être surprenante, la Chine est probablement l’endroit le plus définitivement pessimiste du monde aujourd’hui. Lorsque les Américains voient l’économie chinoise croître férocement (10 % par an depuis 2000), ils imaginent un pays confiant qui maîtrise son avenir. Mais c’est parce que les Américains sont encore optimistes, et que nous projetons notre optimisme sur la Chine. Du point de vue de la Chine, la croissance économique n’arrive jamais assez vite. Tous les autres pays ont peur que la Chine prenne le contrôle du monde ; la Chine est le seul pays à avoir peur que ce ne soit pas le cas.

La Chine ne peut croître aussi rapidement que parce que sa base de départ est très faible. Le moyen le plus simple pour la Chine de se développer est de copier sans relâche ce qui a déjà fonctionné en Occident. Et c’est exactement ce qu’elle fait : elle exécute des plans bien définis en brûlant toujours plus de charbon pour construire toujours plus d’usines et de gratte-ciel. Mais avec une population énorme qui pousse les prix des ressources à la hausse, il est impossible que le niveau de vie chinois puisse un jour rattraper celui des pays les plus riches, et les Chinois le savent.

C’est pourquoi les dirigeants chinois sont obsédés par la façon dont les choses menacent d’empirer. Chaque haut dirigeant chinois a connu la famine dans son enfance, de sorte que lorsque le Politburo se tourne vers l’avenir, la catastrophe n’est pas une abstraction. Le public chinois, lui aussi, sait que l’hiver arrive. Les étrangers sont fascinés par les grandes fortunes qui se font en Chine, mais ils accordent moins d’attention aux riches Chinois qui s’efforcent de faire sortir leur argent du pays. Les Chinois plus pauvres se contentent d’économiser tout ce qu’ils peuvent et espèrent que cela suffira. Chaque classe de personnes en Chine prend l’avenir très au sérieux.

L’optimisme défini

Pour un optimiste défini, l’avenir sera meilleur que le présent s’il planifie et travaille pour le rendre meilleur. Du XVIIème siècle aux années 50 et 60, les optimistes définitifs ont dirigé le monde occidental. Les scientifiques, les ingénieurs, les médecins et les hommes d’affaires ont rendu le monde plus riche, plus sain et plus vivant qu’on ne pouvait l’imaginer auparavant.

Comme Karl Marx et Friedrich Engels l’ont clairement vu, la classe des affaires du XIXème siècle a créé des forces productives plus massives et plus colossales que toutes les générations précédentes réunies. La soumission des forces de la nature à l’homme, les machines, l’application de la chimie à l’industrie et à l’agriculture, la navigation à vapeur, les chemins de fer, les télégraphes électriques, le défrichement de continents entiers pour la culture, la canalisation des fleuves, la création de populations entières à partir du sol – quel siècle antérieur a eu ne serait-ce que le pressentiment que de telles forces productives sommeillaient dans le giron du travail social ?

Les inventeurs et les visionnaires de chaque génération ont surpassé leurs prédécesseurs. En 1843, le public londonien est invité à faire sa première traversée sous la Tamise par un tunnel nouvellement creusé. En 1869, le canal de Suez a évité au trafic maritime eurasien de passer par le cap de Bonne-Espérance. En 1914, le canal de Panama a raccourci la route de l’Atlantique au Pacifique. Même la Grande Dépression n’a pas réussi à entraver les progrès incessants des États-Unis, qui ont toujours accueilli les optimistes les plus clairvoyants du monde. L’Empire State Building a été construit en 1929 et terminé en 1931. Le Golden Gate Bridge a été commencé en 1933 et terminé en 1937. Le projet Manhattan a été lancé en 1941 et avait déjà produit la première bombe nucléaire du monde en 1945. Les Américains ont continué à remodeler la face du monde en temps de paix : la construction du système d’autoroutes inter-États a commencé en 1956, et les 20 000 premiers kilomètres de routes étaient ouverts à la circulation en 1965. Des projets concrets ont même dépassé la surface de notre planète : Le programme Apollo de la NASA a commencé en 1961 et a envoyé 12 hommes sur la lune avant de s’achever en 1972.

À la fin des années 1940, un Californien du nom de John Reber a entrepris de réinventer la géographie physique de l’ensemble de la baie de San Francisco. Reber était un instituteur, un producteur de théâtre amateur et un ingénieur autodidacte. Nullement découragé par son manque de qualifications, il a proposé publiquement de construire deux énormes barrages dans la baie, d’aménager d’immenses lacs d’eau douce pour l’eau potable et l’irrigation, et de récupérer 8 000 hectares de terres pour le développement. Même s’il n’avait aucune autorité personnelle, les gens ont pris le plan Reber au sérieux. Les comités de rédaction des journaux de toute la Californie l’approuvent. Le Congrès américain a tenu des audiences sur sa faisabilité. Le corps des ingénieurs de l’armée a même construit un modèle réduit de la baie de 6 000 m² dans un entrepôt caverneux de Sausalito pour le simuler. Ces tests ont révélé des lacunes techniques, si bien que le plan n’a pas été exécuté.

Mais est-ce que quelqu’un aujourd’hui prendrait au sérieux une telle vision ? Dans les années 1950, les gens accueillaient les grands plans et se demandaient s’ils allaient fonctionner. Aujourd’hui, un grand projet émanant d’un instituteur serait rejeté comme une fantaisie, et une vision à long terme émanant d’une personne plus puissante serait tournée en dérision comme de l’orgueil. Vous pouvez toujours visiter le Bay Model dans cet entrepôt de Sausalito, mais aujourd’hui, ce n’est plus qu’une attraction touristique : les grands plans pour l’avenir sont devenus des curiosités archaïques.

Optimisme indéfini


Après une brève phase pessimiste dans les années 1970, l’optimisme indéfini domine la pensée américaine depuis 1982, date à laquelle un long marché haussier a débuté et où la finance a éclipsé l’ingénierie comme manière d’aborder l’avenir. Pour un optimiste indéfini, l’avenir sera meilleur, mais il ne sait pas exactement comment, et ne fait donc pas de plans spécifiques. Il s’attend à profiter de l’avenir mais ne voit aucune raison de le concevoir concrètement.

Au lieu de travailler pendant des années à la construction d’un nouveau produit, les optimistes indéfinis réarrangent les produits déjà inventés. Les banquiers gagnent de l’argent en réorganisant la structure du capital d’entreprises déjà existantes. Les avocats résolvent les litiges relatifs à de vieilles choses ou aident d’autres personnes à structurer leurs affaires. Quant aux investisseurs privés et aux consultants en gestion, ils ne créent pas de nouvelles entreprises, mais tirent un surcroît d’efficacité des anciennes en optimisant sans cesse leurs procédures. Il n’est pas surprenant que ces domaines attirent tous un nombre disproportionné de chasseurs d’options de l’Ivy League très performants ; quoi de plus approprié pour récompenser deux décennies d’accumulation de CV qu’une carrière apparemment élitiste, axée sur les processus, qui promet de “garder les options ouvertes”.

Les parents des jeunes diplômés les encouragent souvent à suivre la voie établie. L’étrange histoire du baby-boom a produit une génération d’optimistes indéfinis, tellement habitués au progrès sans effort qu’ils s’y sentent autorisés. Que vous soyez né en 1945, 1950 ou 1955, les choses se sont améliorées chaque année pendant les 18 premières années de votre vie, et cela n’avait rien à voir avec vous. Le progrès technologique semblait s’accélérer automatiquement, de sorte que les baby-boomers ont grandi avec de grandes attentes, mais peu de plans spécifiques pour les réaliser. Puis, lorsque le progrès technologique s’est arrêté dans les années 1970, l’inégalité croissante des revenus est venue à la rescousse des Boomers les plus élitistes. Chaque année de l’âge adulte a continué à s’améliorer automatiquement pour les riches et ceux qui ont réussi. Le reste de leur génération a été laissé pour compte, mais les riches baby-boomers qui façonnent l’opinion publique aujourd’hui ne voient guère de raison de remettre en question leur optimisme naïf. Puisque les carrières sur rails ont fonctionné pour eux, ils ne peuvent imaginer qu’elles ne fonctionneront pas aussi pour leurs enfants.

Malcolm Gladwell dit qu’on ne pouvait pas comprendre la réussite de Bill Gates sans comprendre son heureux contexte personnel : il a grandi dans une bonne famille, a fréquenté une école privée équipée d’un laboratoire informatique et a compté Paul Allen parmi ses amis d’enfance. Mais peut-être ne pouvez-vous pas comprendre Malcolm Gladwell sans comprendre son contexte historique en tant que Boomer (né en 1963). Lorsque les baby-boomers grandissent et écrivent des livres pour expliquer pourquoi tel ou tel individu a réussi, ils mettent en avant le pouvoir du contexte d’un individu particulier, déterminé par le hasard. Mais ils passent à côté d’un contexte social encore plus important pour leurs propres explications préférées : toute une génération a appris dès l’enfance à surestimer le pouvoir du hasard et à sous-estimer l’importance de la planification. Gladwell semble d’abord faire une critique anticonformiste du mythe de l’homme d’affaires qui s’est fait tout seul, mais en réalité, son propre récit résume la vision conventionnelle d’une génération.

3 comments
  1. Bonjour, quand vous dites que le progrès technologique s’est arrêté dans les années 70, a quoi faites vous référence ? Au choc pétrolier? A la fin de l’accélération du progrès ou bien la fin du progrès définitif ? Il s’est passé beaucoup de choses depuis les années 70.

      1. Merci pour le partage je comprends un peu mieux. Effectivement on peut se perdre entre la quantité d’innovations et la qualités des innovations. De ce que je comprends, hormis dans certaines niches (téléphonie par exemple) , les innovations technologiques sont en faible quantité et en faible qualité.
        Cela dit, peut on tomber d’accord sur le fait que le capitalisme va faire tendre les inventions vers un optimum et elles ne seront obsolètes que par un produit totalement nouveau ? Par exemple : nous avons peut être déjà atteint l’optimum pour le frigo ou l’ordinateur ? seul l’ordinateur quantique pourra supplanter le calculateur (pour le PC l’usage n’est pas le même).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Post

Les sciences : essence et fondement du génie occidental

Next Post

Le Futurisme comme progressisme révolutionnaire de droite (1/2)