De quoi Les Chuchoteurs de The Walking Dead sont-ils le nom ?

Cinéma 7 avril 2019

author:

De quoi Les Chuchoteurs de The Walking Dead sont-ils le nom ?

La saison 9 de la série The Walking Dead voit l’arrivée d’un nouveau groupe opposé aux Héros principaux de la série organisée en cités libres.


Les Chuchoteurs ou les Barbares aux frontières

Chaque groupe décrit un type de comportement et propose un modèle de survie post-apocalyptique. L’adaptation des Chuchoteurs est à prendre au premier degré : Ils se sont adaptés à un monde peuplé de zombie au point de les mimer et de vivre parmi eux. Ils expriment principalement un rejet profond de toute tentative de bâtir à nouveau une civilisation. En creux, ils considèrent que l’humanité était trop faible et c’est la raison pour laquelle elle s’est effondrée. ils sont décadentistes, vantent la dureté des sentiments, basent leurs conceptions philosophiques sur le principe de sélection naturelle, d’instincts primitifs, bref ils sont l’anti-civilisation par excellence, en un mot : des Barbares, des primitivistes (épisode 11).

L’Alpha

Ils ont pour chef une femme mais ce pourrait très bien être un homme, surnommée Alpha, significativement.

La théorie du « mâle Alpha » est une théorie en vogue dans certaine frange de l’alt-right. La frange la plus extrémiste, visible sur internet, en propose une vision abusive, il n’y aurait que « l’alpha » pour survivre, ou du moins pour mener les troupes. C’est la question du chef naturel.

Cette frange semble avoir mal compris le principe de sélection naturelle, en en faisant une sorte de fatalité, de réponse à toute chose tragique qui arrive, sans doute imprégné par la dépression, il s’en dégage un apathique mépris ou une absence apparente d’émotions. La sélection naturelle a réponse à tout : Si quelqu’un meurt c’est qu’il était trop faible, pire, pour régénérer le « peuple » il faut se débarrasser des faibles qui corrompent l’ensemble de la communauté.

Décadentistes versus les batisseurs d’une Renaissance


A contrario, la communauté que nous suivons, celle des « héros », défend le principe de la Civilisation, tente d’en ranimer le flambeau et est présentée d’une certaine manière par les concepteurs de la série comme un archeo-futurisme New-Age, néo-médiéval (le Roi, son royaume, ses archers, l’entretien des routes qui relient les trois ou quatre places fortes, l’organisation de foires, etc.)

Une Renaissance sur nos bases de Civilisation : Autonomie, Fédéralisme, libertés

Ils ont signé une Charte ou une constitution qui engage le respect de chacune des communautés membres en une référence assez nette à la déclaration de la constitution des Etats-Unis d’Amérique.

Ils prennent de grands risques pour rallumer les trésors de la civilisation disparue, ce qui inclut les loisirs et la culture à travers la tentative de ranimer un vieux cinéma.

Le cinéma comme flambeau et vecteur de la Civilisation n’est évidemment pas un hasard. Il est le phare qui répand les valeurs, le modèle dominant et la culture américaine, et a travers elle, la culture occidentale.

Renaissance néo-médiévale

Renaissance néo-médiévale


A contrario des primitivistes, et comme contre argument immédiat, ils représentent la civilisation du « take care« , du soin, de la bienveillance, qualifiée abusivement de « droits de l’homme », qui implique de se soucier de la Vie (tant humaine qu’environnementale). Ces principes, peut-être typiquement occidentaux, révèlent en tout cas un certain degré de civilisation, de seuil de sensibilité atteint. Les Chuchoteurs rejettent toute forme de « sensibilités », perçues comme des faiblesses.

Comme une réponse immédiate à la « sélection naturelle » des primitivistes, le personnage sourd et muet, Connie, (considérée comme « inadaptée » par les primitivistes et donc inapte à la survie dans le monde des zombies) prouve le contraire. En effet! par un biais de compensation , le handicap peut être surmonté. Elle sauve alors un bébé abandonné promis à une mort certaine par les Chuchoteurs.

« Les barbares primitivistes nous font penser à l’extrême droite tendance « Vikernes » selon le tryptique : mépris de toute forme de raffinement civilisé, haine de l’Occident, haine du progrès, seule la survie et l’effondrement compte, seuls les rudes survivront, les moins civilisés, les Barbares.

Les bâtisseurs, quant à eux, tentent de faire renaître sur des ruines le principe de civilisation, à savoir : le progrès technique, le confort et le progrès moral, les libertés de chaque communauté, le soin adressé au vivant et la bienveillance qui n’est ici jamais amalgamée à la naïveté ou à la compassion universelle ou masochiste de type chrétienne – on n’accepte pas n’importe qui dans la communauté et les règles pour survivre restent néanmoins strictes –
Cette société incarne un modèle équilibré d’occidentalisme, inspirée autant des cités libres de l’antiquité, de la Renaissance et du Nouveau-Monde américain.

C’est très nettement que les Chuchoteurs menés par Alpha – toujours accompagnée de son gros Beta – sont une forme d’archétype de la mouvance extrémiste complotiste, barbare et primitiviste incarnée par Vark Vikerness et les hards white trash du Dailystormer ou Démocratie Participative (paranoia, suspicion, conspiration permanente, etc.) :


Le discours de Beta est significatif de l’esprit tribaliste et suspicieux : »quelqu’un venant de « là-bas », « pas comme nous », auquel pourrait-on ajouter le clin d’oeil du « let’s find out », marque de fabrique de Varg, à 1mn48.



Une conception de la « sélection naturelle »

Toujours tout est ramené à la sélection naturelle alors que le progrès implique, justement, de dépasser les conditions physiques pénibles pour les êtres humains et d’exercer un contrôle et une maîtrise intégrale sur le vivant, au point d’être capable de maintenir les plus faibles – le confort, le progrès – :

Tribalisme instincitf (les miens se limitent à ma tribu) et culte de la force (l’Alpha, crâne rasé) :


Résumons. Le monde post zombie s’organise entre les conservateurs de la civilisation, représentés par les héros que nous suivront eux-mêmes composés en une confédération de quatre communautés. Ils sont la civilisation car ils tentent de rebâtir sur les ruines une société de confort et du soin. Émane de la saison 9 une atmosphère et des images de plus en plus néo-médiévales (le royaume, les foires, les chariots, etc.), le bourgeonnement d’une nouvelle renaissance archéo-futuriste sur les cendres et au milieu des zombies et de la mort.
Le fait que ces quatre communautés aient signé une charte les rendent garants et gardiens des concepts de libertés et d’autonomies, sur le modèle fédéral, américain ou néo-impérial et donc de la civilisation.
Mais si ces hommes et ces femmes tentent de conserver la civilisation, elle a ses limites physiques et elle a ses barbares. Au delà d’une certaine frontière, c’est le terrain de ceux qui ont choisi l’adaptation au monde des zombies. Alpha et Beta ont des phrases qui laissent peu de doutes quant au fait qu’ils n’ont jamais apprécié la civilisation ou l’Occident, ils n’en veulent rien conserver. En ce sens, ils sont bien l’archétype de l’extrême-droite complotiste, primitiviste, paranoïaque, ‘white trash » adepte de la « sélection naturelle » mise à toutes les sauces, sans tentative de surmonter, par l’intelligence et le progrès, ce qui fait que certains sont « sélectionnés », et d’autres, abandonnés à leur sort. C’est la frange « Dailystormer » de l’Alt-right, dans la pulsion de mort et la négation vitale.

Les « Chuchoteurs » et le terrorisme

Mais dans l’épisode 15 survient un événement. Lors d’une foire organisée par nos héros, Alpha et ses hommes, profitant des réjouissances, entrent discrètement dans le campement des « civilisés » et assassinent certains d’entre eux, aveuglément.

On reconnait là une méthode d’intimidation bien connue : le terrorisme. On frappe à l’aveugle, on achève des destins au hasard, par le simple fait qu’ils se trouvaient là, menant leur vie. On inflige la terreur au camp que l’on déteste, à la civilisation, à l’Occident, en frappant les esprits, en gâchant la fête. Personne ne doit éprouver le moindre bonheur car eux-mêmes n’aiment que la mort. On a ici la parfaite structure du ressentiment.
La frontière entre la « civilisation » et la barbarie sera ensuite dessinée par les têtes (décapitation bien connue de certains groupes de fanatiques religieux ou des robespierristes en puissance) de la dizaine d’otages, afin de marquer définitivement les esprits.

De sorte que les Chuchoteurs ne sont pas seulement l’extrême droite pleine d’aigreur et de mort, mais incarnent aussi toutes les forces anti-occidentales : la racaille islamisée aux frontières de l’Etat Islamique.

Au-delà de cette frontère ; les barbares

D’ailleurs, il faut bien remarquer que ces deux courants ne cessent de se rejoindre sur bien des points – les fascistes disaient « vive la mort » ; de nombreux nazi ont été converti à l’islam et en admiraient la dureté, et, plus près de nous, les cas de « dissidents » – de Soral à Boris Le Lay, pour la micro-sphère française – expriment souvent plus de sympathie pour des terroristes haineux que pour son peuple distrait et bêtement heureux. On a pu lire, sur le site de Démocratie Participative, des articles se délectant de l’assassinat de « jouisseurs individualistes ». D’une certaine manière ils considèrent que si des Occidentaux sont assassinés, quelque part, ils le méritaient (on pensera à l’article sur les deux Danoises décapitées au Maroc). On se souvient aussi d’un Jérôme Bourbon et de Rivarol se félicitant à demi-mot de l’assassinat de « bobos jouisseurs » en réaction à l’attentat du Bataclan.

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)

Facebook
Twitter
Instagram