Cyberpunk 2077, le jeu de la décennie ?

Jeux vidéo 16 mai 2019

author:

Cyberpunk 2077, le jeu de la décennie ?

Après la sublime saga The Witcher dont nous avons déjà parlé dans RAGE, le studio CD Project Red récidive avec le très attendu Cyberpunk 2077. Inspiré du célèbre jeu de rôle Cyberpunk 2020, fini les chevauchées chevaleresques et les cités médiévales. Cette fois-ci les Polonais nous plongent dans un univers de type Hard-SF : une dystopie futuriste adoptant la forme d’un FPS/RPG en monde ouvert poussant à leur paroxysme les aspects les plus sombres de notre société.

Cyberpunk 2020

La cité des anges de la mort

Vous évoluerez donc en 2077 dans la ville de Night City : une cité au bord de l’anarchie appartenant à un super État qui a abandonné toute fonction régalienne afin d’assoir sa suprématie sur l’échiquier des puissances mondiales. Corporations ultracapitalistes, démocratisation des technologies transhumanistes grâce aux améliorations cybernétiques, drogues en tout genre, le tout saupoudré d’ultraviolence : oppression militaire, corruption politique, extrémisme communautaire, crise économique et sociale. Un sacré terrain de jeu.

Les États-Unis sont empêtrés dans une guerre interminable contre de puissants cartels sud-américains pendant que l’Europe vient d’annexer la Russie après un effondrement brutal. On assiste à l’émergence de mégalopoles de béton, de verres, de néons et de crasse où se côtoient, sans jamais se mélanger, une élite intellectuelle bourgeoise et des nuées d’anonymes limités et miséreux. Les premiers travaillent pour de grosses sociétés publicitaires ou de robotiques militaires, ils évoluent dans des quartiers modernes ultra sécurisés. Les seconds, devant lutter quotidiennement pour leur survie, intègrent les usines de ces corporations ou bien ils rejoignent des gangs territoriaux et autres hordes de pillards sanguinaires qui dévastent tout sur leur passage.

Ghost Blade in the Shell Runner

Outre son univers complexe et angoissant, ce qui rend Cyberpunk 2077 si attractif et son identité visuelle extrêmement travaillée, les rues et les PNJ comportent bon nombre de détails et variations qui rendent l’environnement crédible et immersif. Le mobilier urbain et le design des immeubles résultent d’un savant mélange entre Blade Runner et le Cinquième Élément. D’après une vidéo dévoilant un niveau complet, les rues seront jonchées d’hologrammes, de néons, d’écrans et d’enseignes publicitaires géantes colorant brillamment un univers à la fois sombre et hypnotique.

Le caractère design osé et excentrique propulse des bad guys rafistolés aux gadgets technologiques au comble du cool : membres synthétiques high-tech style Gunnm et prothèses inattendues ultra badass. La combinaison parfaite entre Tank Girl et Ghost in the Shell. Les éléments graphiques 2D et les choix typographiques ajoutent une touche originale judicieusement dosée. Un monde ultra futuriste aux accents rétro. C’est une bouffée d’oxygène pour les gamers en mal de renouveau.

Cyber Gros Calibres

Puisqu’il s’agit avant tout d’un FPS, le design des équipements semble particulièrement soigné. Alternant entre armes dites « Power » (gros fusils d’assaut augmentés rappelant ceux d’Apex Legend) et armes classées « Tech ». Celles-ci étant soumises à l’installation d’implants permettant leur utilisation.
L’arsenal sera par ailleurs relativement novateur, proposant même des systèmes automatiques à trajectoires d’ogives programmées. Vous aurez également la possibilité d’absorber un large panel de drogues boostant certaines de vos capacités. Autre détail intéressant, les réticules de visés. De ce qu’on peut en voir, ils sont fins, très esthétiques et parfois animés. Malheureusement, les amateurs de FPS purs risquent d’être déçus. Le système de dégâts sera similaire à celui des RPG, comme l’atteste cette capture ingame : pas de headshot ou de tirs dans les pieds en vue…

Le signalement des blessures et de la provenance des tirs s’avère plutôt classique, mais pourquoi changer ce qui fonctionne déjà très bien? Ce qui s’apparente à un zoom/scanner est agrémenté de filtres striés et des déformations visuelles géométriques tout à fait sublimes sans toutefois parasiter le gameplay.

Niveau véhicule, le pare brise que l’on aperçoit dans la démo de l’E3 est en fait un espèce de HUD (High Up Display) géant très bien pensé affichant des informations utiles. Cyberpunk réussi donc la fusion d’informations pertinentes et les composants du décor avec efficacité et bon goût. De la combinaison de tous ces éléments résulte un ensemble cohérent et particulièrement alléchant. Les jeux de textures et de lumières promettent d’exploiter à fond les capacités de la nouvelle génération de consoles et de PC.

Body Custom

La possibilité de personnaliser son personnage offrira son lot d’innovations ne se limitant pas uniquement à votre aspect esthétique. Il sera en effet possible de modifier les classiques points de force, de constitution et d’intelligence, mais aussi les points de réflexes, tech, et même de coolitude ! Cette nouvelle caractéristique de « Cool » habituellement connue sous le nom de « charisme » définira votre niveau de street credibility. À ne pas négliger donc afin d’éviter d’être systématiquement pris pour une victime potentielle.

Bref, des options en tout genre qui nous amènent à l’aspect le plus intéressant et le plus prépondérant du jeu : les implants cybernétiques. Au delà de la couleur de vos cheveux et des vestes avec parties lumineuses intégrées dans le col, vous aurez accès à des modifications corporelles grisantes. Des yeux à vision nocturne, des membres ultra puissants ou même des armes blanches dissimulées dans votre corps.

Ces améliorations se diviseront en deux catégories, les cyberware et les bioware. Comprenez des implants électromécaniques grossiers et bien ostensibles ou parfaitement intégrés à votre corps biologique et donc invisible. Nous verrons plus loin que cette distinction est d’une importance capitale pour le déroulement de l’histoire. Une autre famille d’implants dits « nanotechnologiques » auront une fonction plus passive et s’activeront automatiquement selon votre état ou votre condition.

Classes et Cyber Psychosis

Les nostalgiques de Cyberpunk 2020 ne seront pas dépaysés car les 3 classes de personnages disponibles en sont directement inspirés. Vous aurez le choix de devenir un Solo, un Netrunner ou un Techie. Chaque classe proposant bien évidemment des caractéristiques propres.

Solo

Une sorte de mercenaire multitâches aux implants cybernétiques améliorant la puissance physique. L’équivalent du Guerrier dans les RPG classiques. Vous pourrez vous injecter diverses drogues afin d’améliorer vos réflexes (bullet time) ou simplement augmenter votre résistance. Le tout couplé à une grosse puissance de feu. Du gros bourrin de base comme on aime.

Netrunner

Des génies du hack informatique vous offriront entre autre la possibilité de voyager dans le cyberespace. Ceci permettant toute une série d’interactions avec les objets connectés de votre environnement : pirater des données sur des serveurs ou même des personnes via leurs implants, déverrouiller des accès sécurisés, ou, plus original, court-circuiter un implant neuronal afin d’en tuer le porteur. On peut imaginer que cette classe permettra d’effectuer des missions d’infiltrations et d’atteindre des objectifs de façon plus discrète.

Les Techies

Des ingénieurs capables de poser et de manipuler les implants cybernétiques. Véritables mécanos transhumanistes, vous aurez probablement accès à des modifications particulières inaccessibles aux autres classes, voire un niveau de customisation supérieur. En contrepartie vous perdrez peu à peu de votre humanité et sombrerez lentement dans une psychose inhérente à ces changements corporels.


Ce phénomène de psychose sera d’ailleurs largement exploité, ce qui impactera directement l’état mental de votre personnage. Trop de modifications rapprochées dans le temps et vous n’arriverez plus à les assimiler psychologiquement, vous serez plongé dans une folie irréversible portant le doux nom de « Cyber Psychosis ». Celle-ci se manifestera au début par une irritabilité chronique puis un isolement social total doublé de folie meurtrière anti humains.
Cette problématique pose au passage une question complexe : À partir de quelle quantité d’implants perdons-nous notre humanité ? Qui est le plus humain : Un gentil robot au cerveau d’homo sapiens ou un humain cruel à tête synthétique ?

Sale Meatbag

Autre excellente nouveauté jamais vue dans un jeu vidéo, le joueur sera confronté à un nouveau type de racisme. Tout au long de votre aventure se posera le choix cornélien de la qualité de vos modifications. Vous pourrez opter pour un implant robotique fait de pistons, de câbles absolument grossiers et peu onéreux qui fera tout à fait le job, ou des modifications high-tech coûteuses mais parfaitement intégrées et invisibles sur votre corps d’origine.

Détail qui aura son importance car les réactions des habitants seront conditionnées par votre apparence physique et le quartier dans lequel vous évoluerez. Une apparence trop humaine dans les bas fonds de Nightcity et vous vous verrez traité de « meatbag »: un sac à viande malmené par ses habitants et considéré comme une proie facile pour les bandes de criminels. À contrario vous serez méprisé par les riverains des beaux quartiers qui vous considéreront comme un augmenté. Ils ne vous adresseront donc jamais la parole si vous arborez un implant trop rustique.

Comme il est désormais la coutume dans les RPG, les choix que vous ferez tout au long de votre parcours seront déterminants dans le déroulement de l’histoire. Le choix de vos implants conditionnera de manière irréversible vos interactions avec les éléments du jeu, permettant à chaque joueur de bénéficier d’une expérience différente et renouvelable.

Cerise sur le Mac do

Cyberpunk 2077 sera interdit au moins de 18 ans. Vous l’aurez compris, dans une cité ou la violence et la décadence règnent en maîtres, la question du sexe n’a pas été oubliée et les personnages dévêtus seront nombreux. Ils vous sera possible de batifoler avec des prostituées des deux sexes, plus ou moins robotisées et pourquoi pas de les ramener chez vous. Il sera également possible de prendre des décisions morales ou immorales, ceci ayant un impact direct sur votre jauge d’humanité.
Même chose pour le gore, prédit en grande quantité. Par exemple lors de vos poses d’implants, vous assisterez en direct au découpage de vos membres avant leur remplacement.
Hormis les drogues qui augmenteront vos compétences, vous pourrez expérimenter la Braindance : une cyberdrogue vous permettra de revivre, via des enregistrements, des scènes vécues par d’autres humains comme si vous y étiez; même point de vue, mêmes sensations, que ce soit des situations extrêmes, stressantes, sexuelles ou illégales…

Shut up and take my money

Si vous avez aimé ce que vous avez lu, armez vous de patience. Débuté en 2012, sa sortie est annoncée seulement pour l’horizon 2020. Cyberpunk 2077 sera incontestablement un hit et c’est certainement pour cette raison qu’il est attendu comme le jeu de la décennie. Les vidéos de gameplay et démos de level design sont dévoilées au compte goutte afin de conserver effervescence autour du jeu. L’activation des réseaux sociaux officiels semblent confirmer une date de sortie fiable. Les exigences intrinsèques aux RPG modernes ont l’air d’être respectées tout en offrant un lot d’innovations conséquent. Le jeu ne se contente pas de recycler les vieilles formules et se paye même le luxe de mettre sur la table les questions éthiques immanentes aux prochains défis technologiques que devra relever l’humanité. On ose espérer qu’il bénéficiera d’extensions similaires à son grand frère The Witcher 3, allongeant ainsi l’expérience de jeu avec, pourquoi pas, un mode multijoueurs. Avant même sa sortie, il inspire déjà un bon nombre de gamers et d’internautes, proposant notamment des artworks et des playlists en adéquation avec l’univers du jeu.
Rendez-vous en 2077.

Empereur du black metal et guerrier rhapsode. Explorateur de mélopées synthétiques et ancestrales. Mon vaisseau auditif dérive au gré des vents musicaux dans une odyssée sans fin.
Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *