Non, les chasseurs-cueilleurs n’étaient pas des égalitaristes pacifiques

Nous évoquions dans un article précédent qu’au cours de l’histoire, les sociétés de chasseurs-cueilleurs ont eu tendance à être plus égalitaires que les sociétés stratifiées. Il ne faut pas pour autant penser qu’ils seraient des parangons d’égalitarisme et de pacifisme comme certains essaient toujours de les utiliser pour faire avancer une théorie farfelue comme le fait qu’il n’y avait pas de guerres, ou qu’ils étaient égalitaristes, ou qu’il existait autrefois une civilisation mondiale d’adoratrices de déesses féministes anéantie par de méchants agriculteurs.

Part des morts violentes, sociétés non étatiques vs. sociétés étatiques
La violence dans les sociétés étatiques et non étatiques
Extrait de “The Better Angels of our Nature”, de Steven Pinker.


Mais d’où viennent ces théories farfelues ?

La réponse courte est qu’elles viennent des marxistes. Marx est profondément ancré dans le monde universitaire. Il n’est pas nécessaire de citer explicitement Marx ou de réaliser que vous utilisez des théories du monde dérivées de Marx pour utiliser une des théories de Marx, pas plus qu’il n’est nécessaire d’avoir étudié l’école économique de Chicago ou l’école autrichienne pour prendre une de leurs théories et commencer à l’utiliser.

Ce n’est ni le moment ni l’endroit pour expliquer en détail en quoi Marx s’est trompé – il y a des auteurs bien meilleurs que moi qui ont fait couler beaucoup d’encre sur le sujet si vous voulez y jeter un coup d’œil. Mais il suffit de dire que l’expérience de la vie réelle n’a pas été très favorable aux théories de Marx. Néanmoins, elles sont toujours à la base d’une grande partie de la pensée académique et ont contribué à la formation de très nombreux anthropologues.

Et le processus de pensée de base était le suivant :

  1. La Seconde Guerre mondiale était la chose la plus horrible et la plus mauvaise qui soit. Les nazis sont des racailles horribles et racistes. Nous avons besoin de théories différentes.
  2. Le marxisme explique le comportement humain par des moyens entièrement environnementaux, à savoir les moyens de production (c’est-à-dire si vous vivez dans une société de chasseurs-cueilleurs, agricole, industrielle, etc.)
  3. Le marxisme dit que les humains ont des guerres parce que les capitalistes les font – c’est-à-dire que la guerre est un effet secondaire de la société capitaliste.
  4. Par conséquent, dans la société précapitaliste, les gens n’avaient pas de guerres.

Et puis les universitaires ont écrit des tas de choses sur la façon dont ils ont réalisé que les gens d’avant l’État n’avaient pas de guerres ou de violence ou n’étaient jamais méchants les uns envers les autres.

Hélas, plus d’une belle théorie a été détruite par un fait affreux, et le fait affreux dans ce cas est que les peuples préétatiques s’entretuaient tout le temps. Prenez les Dorsétiens, complètement anéantis par les Thuléens (Inuits) il y a environ 700 ans :

La préhistoire génétique de l’Arctique du Nouveau Monde, de
Science 29 août 2014 : Vol. 345 no. 6200 DOI : 10.1126/science.125583, Maanasa Raghavan et al.

Ces barres bleues représentent l’ADN dorsétien trouvé dans d’anciennes tombes autour de l’arctique. Les rouges représentent l’ADN thuléen (inuit). Les Dorsétiens ont disparu ; leur ADN ne s’est pas retrouvé dans celui des Thuléens.

Les anthropologues et les archéologues ont passé les 70 dernières années environ à affirmer que si vous trouvez un type de pot dans une couche de votre excavation, et des pots radicalement différents dans la couche suivante, cela signifie simplement que les gens ont échangé des pots différents. Dans le cas du Dorset, cela signifie que les Thuléens les ont tous tués, 200 ans avant que Colomb ne pose le pied près de Cuba.

En parlant de Colomb, il a écrit à propos des Indiens qu’il a rencontrés aux Bahamas : “Beaucoup des hommes que j’ai vus ont des cicatrices sur le corps, et lorsque je leur ai fait des signes pour savoir comment cela s’est produit, ils ont indiqué que des gens d’autres îles voisines viennent à San Salvador pour les capturer ; ils se défendent du mieux qu’ils peuvent. Je crois que des gens du continent viennent ici pour les prendre comme esclaves”.

Mais qu’en est-il des autres chasseurs-cueilleurs ?

Parmi certaines tribus le mariage est une simple question d’offre et d’acceptation ratifiée par un festin, le jeune doit prouver qu’il est un chasseur expert. On ne sait rien des lois de l’héritage. … Dans beaucoup de tribus africaines, la position sociale des femmes est basse. Elles sont des bêtes de somme, portant les enfants et les biens de la famille pendant les voyages, et effectuant tous les travaux aux haltes. C’est aussi leur devoir de maintenir le campement approvisionné en eau, quelle que soit la distance à parcourir.”

Oui, ce sont clairement des bastions de l’égalitarisme pacifique entre les sexes !

“Une étude récente… a donné des chiffres interculturels étonnants. Le taux d’homicide dans la Grande-Bretagne moderne est d’environ 0,5/100 000 ; aux États-Unis, il est environ 20 fois plus élevé, soit environ 10,5. Le taux de mortalité le plus élevé enregistré dans une nation, par opposition à une tribu, est de 34 / 100 000, en Colombie. Bien qu’il soit difficile de calculer des correspondances exactes pour des populations beaucoup plus petites, sur lesquelles on en sait beaucoup moins, il est clair que les tribus de l’âge de pierre compensent par leur enthousiasme ce qui leur manque en matière de technologie du meurtre. Même les bushmen !Kung, popularisés comme “le peuple inoffensif”, avaient un taux d’homicide de 41,9 sur cette échelle ; les Yanomamo arrivent à 165. Le record semble être détenu par le peuple Hewa de Nouvelle-Guinée, avec un score de 778. … les aborigènes chasseurs-cueilleurs Murngin du nord de l’Australie obtiennent un score de 330″. -Dans The Darwin Wars, d’Andrew Brown.

À propos des Yanomamo, Brown note : ” Il y a des modes dans les nobles sauvages comme dans d’autres choses, et les Yanomamo, une tribu guerrière et par intermittence cannibale vivant aux frontières du Brésil et du Venezuela, sont l’un des peuples les plus étudiés et les plus méchants dans leurs habitudes parmi tous les peuples vierges des années 70 et 80. …

Ces tribus sont exceptionnellement violentes et sexistes. Le terme Yanomamo pour mariage se traduit littéralement par “emmener quelque chose” ; leur terme pour divorce est “jeter quelque chose”. Les villages se font la guerre entre eux et les villageois entre eux. Ils utilisent des flèches empoisonnées, des lances et des massues en bois. Lorsque rien ne semble se passer dans le monde extérieur, les villageois se battent avec de longues perches : deux hommes se tiennent face à face et échangent des insultes. Puis, à tour de rôle, ils se frappent la poitrine aussi fort que possible. Enfin, ils prennent de longues perches flexibles et, à nouveau à tour de rôle, se frappent la tête avec jusqu’à ce que le perdant soit abattu, inconscient et saigne de partout. Pour citer une description macabre : “Un homme ayant une rancune particulière envers un autre défie son adversaire de le frapper à la tête avec un bâton de huit pieds de long en forme de queue de billard. Le challenger plante sa propre perche dans le sol, s’appuie dessus et baisse la tête. Son adversaire tient sa perche par l’extrémité fine et fait tomber l’extrémité lourde sur le pâté offert avec une force qui brise les os. Après avoir reçu un coup, le destinataire a droit à une occasion immédiate de frapper son adversaire de la même manière”.

Et si nous revenons aux données citées au début du billet, Steven Pinker estime, dans The Better Angels of our Nature, qu’environ 15 % des gens sont morts de violence – meurtre ou guerre – dans les sociétés préétatiques.

C’est à peu près le même pourcentage que les Russes ont perdu pendant la Seconde Guerre mondiale, si l’on se base sur l’estimation la plus élevée des pertes soviétiques, et environ la moitié si l’on prend l’estimation la plus basse. Bien sûr, les chasseurs-cueilleurs vivent jusqu’à 45 ans environ, alors que la Seconde Guerre mondiale a été comprimée en 6 ans, de sorte que le taux de mortalité était plutôt plus rapide pendant la Seconde Guerre mondiale, mais si vous parveniez à survivre, vous viviez le reste de vos 60 ou 70 ans dans une paix relative.

En bref, Marx a manifestement omis certains facteurs majeurs qui conduisent les gens à s’entretuer, et les anthropologues, qui ne sont pas nécessairement formés à des choses comme l’analyse des statistiques criminelles, ont repris l’idée à leur compte, produisant des livres sur les Bushmen intitulés “The Harmless People”.

Malheureusement, vouloir qu’une chose soit vraie ne signifie pas qu’elle le soit.

Quelle est donc la véritable histoire ?

Mettez-vous dans les pieds nus d’un chasseur-cueilleur, non entravé par les règles et les oppressions de l’État moderne. Vous rencontrez un étranger au hasard. Tuez-le, et vous pourrez prendre son tas de noix, sa gourde d’eau et sa femme. Ne le tuez pas, et il peut vous tuer et prendre vos noix, votre eau et votre femme. Il n’y a pas de police dans votre société, alors qui va vous arrêter ?

Tout au long de la préhistoire, les hommes qui ont tué leurs voisins et pris leurs femmes sont devenus vos ancêtres, et les hommes qui ne l’ont pas fait ont été tués.

Citant des recherches récentes sur l’ADN, le Dr Baumeister a expliqué que la population humaine actuelle descendait de deux fois plus de femmes que d’hommes. Peut-être que 80 % des femmes se sont reproduites, alors que seulement 40 % des hommes l’ont fait.”

Aujourd’hui, 1 personne sur 200 descend de la famille immédiate de Gengis Khan, ou peut-être du Grand Khan lui-même.

C’est, littéralement, l’évolution en action. C’est la survie du plus apte, la lutte pour se reproduire et transmettre ses gènes à la génération suivante.

Il est intéressant de noter que l’empire de Gengis Khan, après les massacres, était censé être très sûr – on disait qu’une femme portant un sac d’or pouvait marcher sans être inquiétée, seule, d’un bout à l’autre de l’empire. Il s’agit probablement d’une exagération, mais en général, il ne fallait pas s’attaquer aux routes commerciales lucratives de Gengis Khan, sauf si l’on voulait mourir.

Comme on l’a dit à maintes reprises, l’État exige le monopole de l’usage de la violence, punissant – et souvent tuant – ceux qui voudraient emprunter la voie ancestrale de la paternité. Il s’agit d’une pression évolutive nouvelle – la pression collective de l’État contre les violents.

C’est ainsi que les taux de criminalité violente ont chuté dans les sociétés étatiques au cours des quelques 5 000 dernières années. Peter Frost expose cet argument de façon excellente dans son billet intitulé “La pacification génétique de l’Europe” – en gros, c’est l’idée que les gouvernements européens exécutent leurs criminels violents (ou les laissent mourir en prison) depuis des siècles, ce qui a entraîné une réduction drastique de la prévalence des gènes codant pour la violence dans les régions ayant une longue histoire de domination étatique forte et organisée.

Selon Wikipedia, la monoamine oxydase A, également connue sous le nom de “gène du guerrier”, est associée à plusieurs types de comportements antisociaux. “…les individus avec le gène MAO-A à faible activité, lorsqu’ils sont confrontés à l’exclusion sociale ou à l’ostracisme ont montré des niveaux d’agression plus élevés que les individus avec le gène MAO-A à forte activité. La faible activité du gène MAO-A pouvait prédire de manière significative le comportement agressif dans une situation de forte provocation, mais était moins associée à l’agression dans une situation de faible provocation. Les individus présentant la variante à faible activité du gène MAO-A étaient tout aussi susceptibles que les participants présentant la variante à forte activité de se venger lorsque la perte était faible. Cependant, ils étaient plus susceptibles de riposter et avec plus de force lorsque la perte était importante.”

De plus, “La distribution de fréquence des variantes du gène MAO-A diffère selon les groupes ethniques. 59 % des hommes noirs, 54 % des hommes chinois, 56 % des hommes maoris et 34 % des hommes caucasiens sont porteurs de l’allèle 3R. 5,5 % des hommes noirs, 0,1 % des hommes caucasiens et 0,00067 % des hommes asiatiques sont porteurs de l’allèle 2R.”

Un dernier point sur l’égalité des sexes, toujours de Peter Frost :

“Selon une étude portant sur 93 cultures non industrielles, on s’attendait à ce que les hommes dominent leurs femmes dans 67% d’entre elles, à ce que les sexes soient à peu près égaux dans 30% et à ce que les femmes dominent leurs maris dans 3% (Whyte, 1978). Les rôles sexuels diffèrent à des degrés divers même chez les chasseurs-cueilleurs, qui correspondent au stade le plus précoce de l’évolution culturelle. Sous les tropiques, les femmes fournissent plus de nourriture par la cueillette que les hommes par la chasse. L’inverse est vrai au-delà des tropiques, où les femmes ont peu d’occasions de cueillir de la nourriture en hiver (Kelly, 1995, pp. 128-132 ; Martin, 1974, pp. 16-18).”

Également, l’indice de Manning (ou indice 2D:4D ou encore ratio digital) est donné par le calcul du rapport entre la longueur de l’index (doigt 2D) et celle de l’annulaire (doigt 4D) de la main droite posée à plat. Le ratio entre ces deux doigts présenterait un dimorphisme sexuel : bien que la longueur absolue de l’index soit en moyenne plus courte chez les femmes, la différence de longueur entre index et annulaire est en moyenne plus grande chez les hommes que chez les femmes.

Cet indice est censé refléter le taux de testostérone auquel le fœtus a été exposé, hypothèse toutefois contestée par des méta-analyses récentes

Le psychologue anglais John T. Manning a été le premier à utiliser ce rapport de chiffres comme moyen de mesurer l’influence des hormones prénatales mâles et femelles sur divers traits comportementaux. Dans une étude récente, il a examiné comment les hormones prénatales pouvaient influencer l’égalité des sexes dans différentes populations. Après avoir mesuré les ratios digitaux de participants de 29 pays, son équipe de recherche a calculé la moyenne du score de chaque pays et l’a comparée à des indices d’égalité entre les sexes : part des femmes dans les sièges parlementaires, participation des femmes à la population active, niveau d’éducation des femmes, taux de mortalité maternelle et taux de grossesse juvénile. Pour assurer la comparabilité, tous les participants étaient d’origine européenne.

Plus les deux sexes étaient similaires en 2D:4D, plus ils étaient égaux en termes de participation au Parlement et à la population active. Les autres variables n’étaient pas aussi fortement corrélées. (Manning et al., 2014)

En général, les femmes du nord-ouest de l’Europe ont des rapports de chiffres plus masculins, tandis que les femmes plus à l’est et au sud ont des rapports de chiffres plus féminins. Cette tendance géographique est plus prononcée pour la main droite que pour la main gauche. Étant donné que le rapport des doigts de la main droite est associé à la dominance sociale, les Européens du Nord-Ouest pourraient être moins différenciés sexuellement pour ce trait particulier, plutôt que d’être moins différenciés sexuellement en général.

On peut supposer qu’il ne s’agit pas d’une nouvelle tendance. Les femmes devaient être socialement plus dominantes parmi les Européens du Nord-Ouest avant même la fin du XIXe siècle et les premiers mouvements en faveur du droit de vote des femmes. Jusqu’à quand remonte cette tendance ? À l’époque médiévale ? À l’époque pré-chrétienne ? Elle semble remonter au moins à l’époque médiévale et, en tant que telle, elle fait partie du modèle de mariage de l’Europe occidentale. Le statut des femmes différait énormément d’une région à l’autre. En Europe occidentale, les mariages plus tardifs et les taux plus élevés de célibat définitif (ce que l’on appelle le “modèle européen de mariage”) ont contribué à limiter le patriarcat à son niveau le plus faible. […] En Europe de l’Est, en revanche, la tradition du mariage précoce et universel (généralement pour une jeune mariée âgée de 12 à 15 ans, les premières règles survenant en moyenne à 14 ans) ainsi que les coutumes patrilocales slaves traditionnelles ont conduit à un statut très inférieur des femmes à tous les niveaux de la société.

Si vous cherchez une société pacifique et égalitaire entre les sexes, ne vous tournez pas vers la préhistoire, les chasseurs-cueilleurs ou les sociétés non étatiques. Regardez votre propre pays. Il est probablement assez bon.

Cet article est une traduction partielle du blog evolutionistx

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Previous Post

L’Occident tiraillé entre l’identité et l’universel