Musique

Pourquoi vous devriez tous apprendre : « La Légion Marche vers le front »

25 mars 2019

author:

Pourquoi vous devriez tous apprendre : « La Légion Marche vers le front »

Si je vous dis, « Coupe du Monde » et « Marseillaise ». Vous me répondez ? « AUUUUUX AAAAAAARMMMMEEEEES citoyeeeeens….FORMEEEEEEEZZZZZ VOOOS bataillooooons…

Vous m’avez compris. Apparait instantanément dans votre esprit l’image d’une foule galvanisée s’en allant bras dessus bras dessous brandissant bières et étendards. Durant une minute, un groupe de parfaits inconnus peut chanter à l’unisson (approximatif) notre « cultissime » hymne national. Ce qui compte à ce moment là, ce n’est pas leurs qualités vocales ou la puissance de leur organe mais qu’ils se retrouvent, le plus naturellement du monde, à chanter à gorge déployée, sans gêne et sans honte. Si tant d’entrain est observable à ces rares occasions, c’est parce que non seulement tout un chacun connait les paroles mais surtout parce que la Marseillaise est vocalement accessible au plus grand nombre. Effectivement, pas besoin de s’appeler Pavarotti pour interprèter cet hymne. Il rassemble dans une ferveur éphémère un groupe d’amis ou d’inconnus qui s’empoigneront fraternellement au rythme d’un refrain plus ou moins bien interprété. J’en veux également pour preuve le récent succès de « Bella Ciao » dans les milieux estudiantins ou le déjà culte « Macron tête de con » popularisé par les gilets-jaunes. Le chant collectif est avant tout un puissant catalyseur populaire qui peut fédérer des groupes autour d’une cause ou un but commun en véhiculant des idées de manière ludique et c’est précisément ce qui nous intéresse ici…

Ce pays où l’on chantait tous les jours

« Il y a de plus en plus d’émissions de télé-crochets ou l’on fait chanter des candidats et pourtant, de nos jours, plus personne ne chante… »

Déplorait Jean-Marie Le Pen lors d’un de ses entretiens d’actualité. (vous seriez d’ailleurs surpris de son talent de chanteur). Par le passé le chant rythmait et structurait la vie quotidienne. Les populations rurales, qui ne savaient lire ni écrire, se transmettaient leurs chansons par voix orale uniquement. Le français campagnard moyen chantait à la messe le dimanche ou dans les champs pour par exemple rythmer le battage du blé. Certains métiers possédaient d’ailleurs leur propre chant. Ils marquaient même l’identité de certains artisans, paysans ou ouvriers. Les guerres mondiales, l’exode rural, l’apparition de la radio et de la télévision feront peu à peu tomber en désuétude la pratique du chant traditionnel. Seuls les équipes de scouts et les régiments militaires feront office de derniers bastions, perpétuant ainsi cette pratique ancestrale. Les premiers en agrémentaient leurs veillées, les seconds les utilisaient pour rythmer le pas de la marche. D’où les célèbres « chants de marche ».

Les comptines ou ces chants militaires pour enfant.
Si je vous dis que depuis votre plus jeune âge vous êtes conditionné pour chanter ? Si je vous dis que vous connaissez au moins un chant militaire ? Pourtant si. Souvenez-vous : « 3 jeunes tambours, s’en revenaient de guerre. 3 jeunes tambours, s’en revenaient de guerre et Ri et Ran, Ranpataplan. » Cette comptine populaire (et bien d’autres) a traversé les âges malgré les outrages de la modernité. Cet air nous comte l’histoire de jeunes soldats qui reviennent de guerre et croisent la route de la fille d’un Roi. Celle-ci jette son dévolu sur le plus jeune et lui demande de lui donner sa rose. Si cette fois le sujet est l’amour, il est parfois plus inattendu. « Il était un petit navire » évoque quant à elle une sombre histoire de marins à court de vivres et n’ayant d’autre choix que de recourir au cannibalisme pour survivre. Les plus curieux pourront vérifier par eux-mêmes… Toutes ces comptines ont en commun avec le chant militaire le fait que la tessiture nécessaire à leur interprétation est à la portée du premier venu. Il faut que la dernière des casseroles puisse chanter avec ses camarades. Nous l’avons vu plus haut, le but n’est pas la qualité d’interprétation mais la fédération du groupe grâce à sa facilité de mémorisation et de restitution. Ce qui d’ailleurs contribue à leur succès intergénérationel, une mélodie virale et des paroles cruellement accrocheuses.

Le chant de la honte

Si vous n’avez jamais été témoin de cette situation, je vais essayer de vous décrire les étapes par lesquelles vous passerez forcément si vous la rencontrez un jour. Imaginez 5 gais lurons dans un bar lambda se levant subitement en levant leur verre tout en chantant une vieille chanson de marin. Au début vous éprouverez de la gène d’entendre ces joyeux drilles chanter en public. Voire carrément de la honte de les voir ainsi se donner en spectacle. Et pourtant, après quelques couplets, si vous tendez l’oreille, vous vous habituerez et éprouverez même éventuellement une certaine forme d’amusement bienveillant à leur égard. À la 3ème chanson, vous aurez basculé dans une sorte de fascination envieuse. Pestant de ne pas pouvoir vous joindre au groupe enchainant les refrains magnifiques sur de grandes batailles ou à la gloire du pays. À la 5ème, vous tomberez certainement dans une forme d’admiration en écoutant ces compagnons restituer de mémoire tous ces couplets dignes des plus grand poèmes. Ca y est, vous aurez attrapé le virus.

Pourquoi vous devriez apprendre des chants populaires

Venons en au fait. Si je me suis fendu de cette longue introduction, c’est parce que vous ne réalisez peut-être pas encore le potentiel incroyable du chant. Militaire ou traditionnel il présente tout d’abord un intérêt historique, les paroles relatent souvent de hauts faits d’armes de glorieux guerriers ayant mérité médailles, et, quintessence de la gloire, un chant en leur honneur. De véritables bouts d’histoire françaises immortalisés dans des vers glorieux. On y retrouve aussi des récits magnifiquement écrits évoquant les victoires, la guerre, l’honneur, la famille, les femmes, la mort ou l’ennemi. Mais son principal intérêt est avant tout la capacité à fédérer les individus et à les galvaniser. Si vous faites partie d’un groupe ou que vous souhaitez renforcer la cohésion de celui-ci, demandez au membres d’apprendre une chanson et chantez-la. Succès garanti. Il y a ceux qui connaissent la chanson, qui font de fait partie « du clan », et ceux qui ne la connaissent pas, qui en sont inexorablement exclus. Un petit coup de mou ou de cafard ? Vous avez du mal à émerger ce matin et vous êtes déjà fatigué de la journée qui vous attend ? Je vous jure qu’après avoir entonné « La Légion marche vers le front » vous trouverez sans peine en vous l’énergie d’envahir la Pologne. Outre l’aspect motivant, j’insiste encore une fois sur le côté fédérateur. Il me sera difficile de vous décrire fidèlement ce que l’on peut ressentir lorsque l’on se retrouve à chanter avec des camarades. Le sentiment d’appartenance et de puissance qui nous envahi est incomparable. À ce moment là se produit une magie toute particulière, nous ne sommes plus des hommes. Nous devenons une armée de frères, fiers et invincibles. Nous sommes habités par nos ancêtres et nous nous lions à leur mémoire le temps de quelques minutes. Quand nous chantons, nos aïeux s’incarnent en nous comme nous nous incarneront dans nos descendants lorsqu’ils chanteront à leur tour.

Vous dansiez ? Et bien, chantez maintenant !

Si ces quelques lignes vous ont donné l’envie de vous y mettre ou simplement la curiosité d’en écouter, sachez qu’il en existe une quantité non négligeable. Il y en a littéralement pour tous les goûts. Chants Provençaux, Picards, d’Auvergne, de guerre, de marche et j’en passe. Ceux-ci sont le fait de chorales militaires ou amateurs parfois immortalisés sur des albums à la vente. La majorité de ceux que j’ai eu l’honneur d’apprendre sont disponibles sur youtube et les paroles souvent présentes dans les commentaires. À vos oreilles camarades ! Je conclurai cet article sur une liste non exhaustive mélangeant chants traditionnels et militaires. Comme tous les goûts sont dans la nature je vous liste uniquement ceux qui m’ont le plus marqué. J’espère avoir réveillé en vous la flamme du guerrier qui sommeille et sait-on jamais, nous pourrions un jour les chanter ensemble !

Pour libérer le pays qu’on enchaine,
briser ses liens et massacrer ses ennemis !


Empereur du black metal et guerrier rhapsode. Explorateur de mélopées synthétiques et ancestrales. Mon vaisseau auditif dérive au gré des vents musicaux dans une odyssée sans fin.
Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *