Société Top

Les enseignements de la secte de l’Ordre du Temple Solaire.

25 avril 2019

author:

Les enseignements de la secte de l’Ordre du Temple Solaire.

Dans les années 80-90, le monde occidental assiste à un phénomène qui lui semble nouveau, celui des « sectes tueuses ». Telle est l’expression consacrée par les médias de l’époque.

À chaque fois, ces groupes laissent derrière eux des charniers. Qu’ils soient liées à d’étranges croyances secrètes prétendument ancestrales ou simplement inventées de toutes pièces par des gourous, ces mouvements fascinent et nous interrogent sur le processus psychologique qui amène des dizaines voire des centaines de gens en apparence sains d’esprit à se tuer.

Les massacres de Waco et de Jonestown.

Au milieu des années 90 eut lieu le drame de Waco : la secte des Davidiens ménée par le charismatique David Koresh. Le massacre fut entièrement filmé par les caméras de télévisons américaines. Il s’agit de l’action la plus meurtrière du gouvernement américain contre ses propres citoyens.

C’était en 1993, les forces spéciales du gouvernement américain (FBI + ATF + US Army + Delta Force) établirent un siège de 51 jours qui se solda par la mort de 82 membres dont une dizaine d’enfants.

Des témoins contestent la version officielle et prétendent que la Police a délibérément lancé l’assaut en premier. Une autre justification donnée par le gouvernement américain était la crainte d’un suicide collectif.

David Koresh, gourou de la secte des Davidiens.

Le carnage de Waco fait évidemment écho avec la terrible affaire de Jonestown.

Le prêtre communiste Jim Jones, militant anti-raciste, avait établi un camp au Guyana avec tous ses adeptes. Le bilan est cette fois très lourd puisque 908 membres périrent dont 300 enfants. Un ignoble suicide collectif au cours duquel des breuvages avaient spécialement été concoctés pour tromper et tuer les enfants. Il s’agissait d’une boisson acidulée appelée Kool-Aid qui fût mélangée à du cyanure.

Jim Jones avec sa communauté. Peu de temps avant le massacre…

Depuis, “drinking the kool-aid“ est une expression utilisée aux états unis pour désigner une personne ultra-déterminée à mener à bien une action risquée.


Two Great Reasons To Stop Saying ‘Drinking The Kool-Aid’

Pour les lecteurs de Rage qui ne seraient pas familiers avec la sordide mais fascinante histoire de la secte de l’OTS, je vais commencer par résumer brièvement les faits.

1990: création officielle de l’Ordre du Temple Solaire (OTS) par le médecin homéopathe belge Luc Jouret et el famoso Joseph Di Mambro, le joaillier escroc du Gard.

Septembre 1994: Michel Tabachnik, le compositeur et chef d’orchestre français de réputation mondiale annonce la fin de l’OTS qui devient l’Alliance Rose Croix.

4 octobre 1994: Morin Heights (Canada): cinq membres de la secte sont retrouvés morts dont, comble de l’horreur, un nourrisson de trois mois. Il avait été désigné comme l’Antéchrist par Jo Di Mambro.

5 octobre 1994: premier transfert vers Sirius : 48 morts en Suisse à Cheiry et à Salvan.

23 décembre 1995: deuxième transfert vers Sirius: 16 morts (dont les deux gourous Luc Jouret et Jo Di Mambro) en France dans le Vercors.

22 mars 1997: Une adepte jusqu‘auboutiste mène un dernier cercle de fidèles et les convainc de rejoindre Sirius selon le souhait de Jo Di Mambro avec qui elle est toujours en communication depuis l’au-delà et qui les exhorte de le rejoindre.

Cela ressemble fort à s’y méprendre au sketch culte des Inconnus sur les sectes.

Je vous souhaite à tous de retrouver une totale liberté d’esprit cosmique vers un nouvel âge réminiscent.

Skippy, grand gourou.

Pourquoi l’ordre du temple solaire est un cas exceptionnel.

Il existe une différence majeure, fondamentale même, qui donne une dimension extraordinairement complexe au dossier de l’Ordre du Temple Solaire. Dans le cas du massacre de Jonestown ou de la secte de Waco, il est très simple de revenir aux origines, de quadriller les ramifications et d’étudier leur histoire. Pour faire simple, que ce soit pour David Koresh ou Jim Jones, l’équation criminelle est simple. Un gourou + religion + manipulation des adeptes + paranoia/point de non retour = suicide collectif.

Concernant l’Ordre du Temple Solaire, l’équation semble, à première vue, aussi simple que pour les autres. Mais à y regarder de plus près, cela ressemble plutôt à une somme d’équations ultra-complexes. Demandez donc au juge Fontaine en charge de l’affaire. Le dossier OTS fait tout de même 38 tomes!

Tout débute à la fin de la seconde guerre mondiale où il y eut une résurgence de groupes occultes et mystiques se revendiquant directement des templiers avec, en toile de fond, la nostalgie du nazisme. Les deux idéologies ont en commun deux choses : la première étant la création d’une race supérieure et la seconde cette fascination pour l’occultisme, l’initiation ésotérique et l’alchimie.

Certains nazis qui n’avaient pas été capturés à la libération ont alors crée des groupes de templiers.

C’est donc pour cette raison que l‘on retrouve au tout début de la création de l’OTS, dans les années 70, (avant même que celle-ci ne s’appelle OTS) un homme au passé plus que sulfureux puisqu‘il fût le chef de la Gestapo de Brest. Il s’appele Julien Origas et travailla avec Gregorio Bacolini (ex-aumônier de Mussolini). Ils fondèrent ensemble l’Ordre Rénové du Temple (prédécesseur de l’OTS).

Les travaux de Jacques Breyer, autre source primordiale d’inspiration pour l’Ordre du Temple Solaire.

Résistant et rescapé de Buchenwald, il consacra sa vie entière à l’ésotérisme et passa sept années reclu dans un château en espérant y découvrir LE secret des templiers. Il reniera plus tard l’OTS mais fût pourtant une influence majeure dans la formation des deux gouroux. Il est mort en 1996 et le premier suicide collectif de l’Odre du Temple Solaire date de 1994.

L’OTS est le résultat d’une OPA hostile menée par Luc Jouret et Di Mambro sur des sectes maçonniques et rosi-cruciennes.

Idéologiquement, l’OTS est un syncrétisme d’inspiration chrétienne auxquels Jouret et Di Mambro ont ajouté pêle-mêle des références aux templiers, aux cathares, à l’Hindouisme, à l’ésotérisme musulman etc… pour donner comme résultat une bouillie new-age totalement incohérente.

L’Ordre du Temple Solaire a tout de même compté entre 500 et 800 membres actifs dans le monde entier, ce qui est beaucoup pour une structure néo-templière.

l’OTS, un drame initiatique par David Frappet. Historien et écrivain.

La mort n’est qu’une étape vers un nouveau monde où seuls les élus sont appelés.

Notons que cette notion d’ « élu » est un outil primordial pour manipuler les membres, leur laver le cerveau et les rendre plus vulnérables afin de leur soutirer de l’argent. Di Mambro et Jouret ont mené une vie fastueuse pendant les « grandes années » de l’OTS. Les comparses voyagent aux quatres coins du monde dans les plus beaux hôtels, les meilleurs restaurants. Il font l’acquisition de plusieurs propriétés en Australie, France, Suisse et Canada pendant que la plupart des adeptes sont bloqués dans une ferme biologique où l’hygiène la plus stricte doit y être respectée. On y mange uniquement du bio et une adepte lave la laitue cinq ou six fois avec un peu d’eau de javel pour être sûre de se débarrasser des ondes négatives du monde extérieur. Tout est nettoyé à l’alcool à 90° et les enfants embarqués dans l’aventure ne vont pas à l’école. On leur enseignera la méthode Montessori.

Il s’agit pas de mourir, non, non… il s’agit de « transiter vers Sirius ».

Le salmigondis de la secte est malheureusement convaincant, et aussi bizarre que cela puisse paraître, la grande majorité des adeptes de l’OTS étaient des cadres d’entreprises, des ingénieurs, des notables ou encore des hommes d’affaires. La secte avait même réussi à infiltrer les plus hautes sphères d’HydroQuébec (équivalent de Gaz de France). Luc Jouret se fera d’ailleurs arrêter au Canada pour avoir acheté illégalement un pistolet automatique équipe d’un silencieux. Cet épisode ainsi que l’échec retentissant de l’implantation de la secte en Martinique signera le début d’une fuite en avant pour Jouret et Di Mambro. Ils parleront de plus en plus de mort dans les prêches pour préparer les adeptes à transiter.

Un complot organisé depuis le plus haut sommet de l’État ?

Les deux comparses se savent condamnés. Interpol les traque et découvre des virements internationaux effectués par le couple Di Mambro. L’enquête révèle l’existence d’une dizaine de sociétés écrans créées par Jo alimentant les rumeurs les plus folles et faisant mention de blanchiment d’argent dans le cadre de trafics d’armes et d’uranium en l’Afrique via les réseaux Foccart. Certains fous du complot comme l’inénarrable Christian Cotten y voit le financement occulte de partis politiques français, notamment le R.P.R et l’ombre de Charles Pasqua. Cependant, aucune enquête sérieuse ne parviendra à le démontrer. Jean Vuarnet dont la mère et le frère ont transité vers Sirius parlera de complot, d’assassinat. Il engagea même un enquêteur privé qui en arrivera à la conclusion qu’un lance flamme de type militaire fut utilisé pour carboniser les cadavres retrouvés dans le Vercors.

Une équipe de tueurs aurait été envoyée pour liquider froidement des gens qui en savaient trop ?

La réalité est bien plus simple et il est semble bien difficile de parler réellement de complot. Comme le démontra Karl Zero dans son reportage sur la secte, l’avocat de Jean Vuarnet est membre d’une loge Franc-Maçonne qui était en concurrence avec l’A.M.O.R.C, organisation rosi-crucienne. L’avocat produira même un faux document pour tenter de créer un complot terrible afin de discréditer la concurrence. On peut donc penser que des règlements de comptes entre loges soient à l’origine des rumeurs.

J’ai pu bien lire ici ou là que dans les deux affaires, il s’agirait en fait de… roulement de tambours… MK Ultra, de la loge p2 et même du réseau Gladio qui avaient infiltré des groupes templiers de droite afin de lutter contre le communisme.

L’histoire des gouroux Jouret et Di Mambro.

Les deux hommes se rencontrent pour la première fois en 1978 en Suisse. Luc Jouret a alors 31 ans, Jo en a 54.

Jo Di Mambro en compagnie de l’enfant cosmique, Emmanuelle dit -Doudou.

Contrairement à Jo Di Mambro qui a un physique plutôt grassouillet et une tête d’arnaqueur du Sud de la France avec ses grosses lunettes fumées type aviateur, Luc Jouret est un sportif né. Il se donne à fond dans le judo, excelle en athlétisme et pratique l‘escalade. Il a un physique svelte et une élégance naturelle. Toutes ces qualités lui donneront une réputation de Casanova lors de ses études brillantes à l’université libre de Bruxelles où il obtient son diplôme de médecin.

Il sera alors proche des courants marxistes en vogue à l’époque, ce qui ne l’empêchera pas d’être sélectionné comme commando-parachutiste pour sauver les Européens restés au Zaïre pendant la guerre.

Un épisode qui le marquera à jamais.

Luc Jouret est parachuté en 1978 dans le Shaba avec ses camarades et y découvre des corps humains démembrés et charcutés. C’est un bain de sang et le docteur Jouret s’applique à soigner les blessures de ses camarades.

Cependant, l’événement qui fera prendre à Luc Jouret tout d’abord la voie de l’homéopathie puis de l‘occultisme (et qui le rapprochera comme on le verra par la suite de l’escroc Di Mambro) sera la maladie qui le touche lorsqu’il a à peine 20 ans. Une douleur à la hanche se déclare quand il fait ses études et elle finira pas le clouer plus d’un an à l’hôpital. Il est atteint d’arthrose et pense qu’il ne pourra plus jamais remarcher normalement. Les médecins qui s’occupent de lui ne peuvent rien faire. C’est à ce moment qu’un de ses amis lui parle de macrobiotique, d’homéopathie et de médecines douces. Il va donc prendre rendez-vous avec un homéopathe. Suite à ses conseils, Luc Jouret ne s’alimente plus qu’avec de l’eau et des céréales. Armé d’une volonté à toute épreuve, il se rétablit et parvient à vaincre la maladie.

Cette guérison semi-miraculeuse fera alors vriller le bon docteur Jouret en Mister Hyde.

Il parcourt le monde asiatique et s’initie à toutes les médecines alternatives, l’hypnose, l’acupuncture, le yoga etc, tout y passe. Il voyage aux Philippines comme on voyage à Lourdes. Persuadé que la médecine occidentale se trompe sur toute la ligne, il fait alors ses premiers pas dans le mysticisme et l’initiation ésotérique.

Le parcours de Joseph Di Mambro est différent mais complète parfaitement celui de Jouret. Jo est un homme de réseaux, il fricote avec des gens de la pègre ainsi que du S.A.C. Son initiation, grâce aux cercles de l’AMORC (Rose-Croix), est une véritable révélation pour Jo qui y découvre la notion de Dieu, de magie et de pouvoirs mystiques. Il parle avec les plantes, les animaux et apprend que tout n’est que vibrations et énergie.

Il se passionne pour la psychologie, l’art du raisonnement et de la manipulation.

C’est donc jusqu’en 1960 que Jo l’escroc va parfaire ses techniques de tromperies, celles-là même qu’il resservira aux futurs membres de l’OTS. Passionné d’ésotérisme, il arrive à se persuader qu’un grand destin cosmique l’attend. La justice française condamne Jo en 1972 pour abus de confiance et chèques sans provision dans sa ville natale, Pont Saint Esprit. Il se rapproche ensuite d’une autre organisation templière – très proche du mouvement d’extrême droite « Ordre Nouveau »- l’Ordre Souverain et Militaire du Temple de Jérusalem (OSMTJ) qui regroupe des escrocs, des agents secrets, des faux nobles et des manipulateurs en tout genre. Ils tiennent des réunions en cape dans des décors théâtraux à la limite du grotesque. C’est à travers l’OMSTJ que Di Mambro se rend à Genève où il créera plus tard la fameuse Golden Way avec sa maîtresse Dominique Bellaton, une femme séduisante à la personnalité dépressive, perverse et suicidaire.

C’est de leur union que naîtra l’enfant cosmique, Emmanuelle, dit Doudou. Jo expliquera doctement aux adeptes que cette dernière est née par théogamie. Les policiers qui découvrirent les corps du premier suicide collectif vont avoir alors la plus douloureuse et traumatisante vision de leur vie: le corps inanimé de la petite Doudou, alors âgée de 12 ans, son ours en peluche encore blotti contre elle. Image insoutenable, épouvantable, cauchemardesque.

Le juge Fontaine s’effondrera en larmes lorsqu’il verra en photo le cadavre de l’enfant.

Faire transiter vers Sirius son propre enfant démontre le niveau de folie de Di Mambro. Sans mentionner le fait que peu de temps après la naissance de Doudou, Di Mambro apprend qu’un couple d’adeptes canadiens qui s’étaient éloignés de la secte avait eu un enfant (alors que Di Mambro leur avait clairement interdit, car le couple avait été déclaré non compatible cosmiquement) et surtout l’outrecuidance de l’affubler du même prénom que l’enfant cosmique. Jo envoie expressément un disciple complètement marabouté assassiner la famille dans son chalet. Le nourrisson âgé d’à peine 3 mois est retrouvé assassiné avec un pieu planté dans le coeur comme dans les films de vampires. Jo l’avait désigné comme l’Antéchrist.

La fondation Golden Way. Le vrai début de l’OTS.

Anciennement appelée la Pyramide, la fondation Golden Way est créée à Genève par Jo Di Mambro qui y organise des conférences loufoques sur ses sujets de prédilection, notamment sur le yoga, la macrobiotique, l’ésotérisme et l’homéopathie dont Luc Jouret se fera le grand spécialiste.

Luc Jouret sur l’homéopathie. un orateur hors du commun doté d’un charisme exceptionnel.
100% bullshit mais terriblement efficace.

La Golden Way fusionnera avec le groupe ésotérique de l’Ordre Rénové du Temple crée par l’ex nazi Julien Origas. Ce sont les talents de Luc Jouret qui permettront cette fusion. Une cérémonie dont fût témoin Thierry Huguenin:

« D’abord la douche purificatrice pour les hommes et les femmes séparés, puis les cantiques psalmodiés un après-midi durant, pendant qu’Origas et Jouret, agenouillés côte à côte dans une chapelle aménagée, tentent de donner l’image rassurante de la communion des esprits. Puis, entouré des leaders de la Golden Way, Di Mambro, bien sûr, mais également Tabachnik et l’architecte genevois Constantin K., Origas presque grabataire, allume la torche tenue par Luc Jouret. les adeptes sont ensuite invités à méditer toute la nuit sur la portée historique de cette transmission de flambeau entre l’ex grand Maître Origas et saint Bernard de Clairvaux, alias Luc Jouret. »

L’ordre du Temple Solaire, les secrets d’une manipulation. Libre paru en 2000 aux édition Flammarion.

La fille Origas se doutant du stratagème, de l’OPA réalisés par le couple Jouret/Di Mambro, tentera d’annuler cette fusion mais sans succès. Que se serait-il passé si elle avait réussi ? Nous ne le saurons jamais, mais ce qui est sûr, c’est que sans cette passation de pouvoir, l’OTS n’aurait jamais eu cette folle ascension.

Bien que certaines zones d’ombre subsistent, notamment le déroulement exact du drame du Vercors, il semblerait que les deux gourous se soient auto-persuadés de fuir un destin qui les aurait amené très certainement derrière les barreaux pour de longues années.

Comme nous avons pu le voir à travers cet article et notamment concernant l’OTS, il est important pour les cult-leaders de faire croire aux adeptes qu’ils sont des élus, qu’ils ont été choisis car ils possèdent des facultés cosmisques et karmiques exceptionnelles qui leur permettent de se démarquer de la masse. L’ Autre est forcément un con, un mouton. Il n’a pas compris quelles sont les Forces qui dirigent réellement ce monde. Luc Jouret et Jo Di Mambro ont réussi à embobiner des personnes douées intellectuellement, ce qui laisse songeur…

On sait que le recrutement des futurs membres de l’OTS se faisait grâce aux conférences données par Luc Jouret. Imaginons un instant qu’un Joseph Di Mambro version 2019 s’entoure d’une bonne équipe de communication et décide d’ouvrir sa propre chaîne Youtube et d’y mettre des vidéos ayant les mêmes thèmes?

N’est-il pas intelligent, nécessaire et peut-être urgent de faire des comparaisons avec aujourd’hui?

Ne voit-on pas sur Youtube, Minds, etc des hommes providentiels expliquant que tout n’est que tromperie, tenir des discours teintés d’occultisme et d’hermétisme sauce new-age 2.0?

Qui sont les nouveaux Di Mambro, les nouveaux Jouret?

One Comment
  1. rom1

    les plus fou c'était la secte aum shirinko au Japon. Vous voulez faire un article la dessus.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Enjoy this blog? Please spread the word :)

Facebook
Twitter
Instagram