Cinéma

Le début de la fin pour Marvel?

4 mai 2019

Le début de la fin pour Marvel?

L’arrivée de Captain Marvel annonce-t-elle la fin de l’état de grâce pour le Marvel Cinematic Universe ?

Tout le monde regarde les films Marvel. Tout le monde en a au moins vu un, en général plusieurs. Et beaucoup les ont tous vus. Dans une époque où on se plaint du manque d’originalité d’Hollywood, des grosses sociétés de production qui sortent des films de leurs « usines », avec des recettes toutes faites, ce sont pourtant ces films suivant tous plus ou moins la même recette, sortis par la plus grosse société qui soit (Disney), qui battent tous les records du box-office. Et le pire, c’est que les films sont bons !

On a l’impression que rien ne pourra arrêter Marvel, qu’ils ont atteint un tel niveau de qualité et de popularité, que leurs films seront toujours des succès quoi qu’il arrive. Après tout, ils ont réussi à détromper tous les critiques qui pensaient que le public se détournerait de ces histoires de super-héros vues et revues.

Le succès du MCU a culminé en avril 2018, avec Avengers: Infinity War, dont le grand méchant/héros Thanos est déjà considéré comme un des plus grands bad guys de l’histoire du cinéma. Avengers: Endgame est sans aucun doute l’un des films les plus attendus de tous les temps, et s’annonce déjà comme un succès comparable, voire supérieur à Infinity War.

Je pense néanmoins que ce film signera le début de la fin pour Marvel. La fin de 10 ans de gloire, et le début d’une lente érosion, qui mènera, à mon avis, à la mort de ce modèle d’univers partagé de films de super-héros (dont DC semble déjà revenir, mais c’est un autre sujet), et à une grosse remise en question de la part de Disney. Pas parce que Endgame est mauvais (bien au contraire), mais pour tout ce qui va arriver par la suite.

Qu’est-ce qui me fait dire ça ? Captain Marvel.

Captain Marvel

Vous avez pu entendre parler de la controverse autour de ce film avant sa sortie, particulièrement autour de l’actrice principale, Brie Larson. Pour ceux qui n’ont pas suivi l’affaire, j’essaie de faire court : Brie Larson est une SJW (féministe intersectionnelle et tout le bazar) qui s’est souvent faite remarquer pour ses commentaires contre les « hommes blancs (de plus de 40 ans) », son antiracisme délirant, etc., bref, l’actrice californienne privilégiée typique.

En plus de ses attaques répétées contre les principaux fans de Marvel que sont les hommes blancs, son jeu très… stoïque (elle a pourtant gagné un oscar de meilleure actrice en 2016 pour le film Room, que je vous conseille au passage) et son manque d’enthousiasme pour le rôle ont rebuté beaucoup de fans à l’idée de voir ce film.

Et ils ne se sont pas privés de le faire savoir sur Internet, en particulier sur le site Rotten Tomatoes, au point que le score « d’anticipation » du film était descendu à 29% (c’est-à-dire que seuls 29% des utilisateurs ayant voté souhaitaient voir le film). Là où cette histoire est importante, c’est que le site a immédiatement décidé de tout simplement retirer cette fonctionnalité, pour éviter que le score ne descende plus bas.

Le plus gros site de review de films au monde a retiré une de ses plus grosses features, dans le seul but de défendre la réputation de ce film (officiellement, ils ont évidemment affirmé que ça n’avait rien à voir avec Captain Marvel, et qu’ils avaient pris cette décision pour « combattre les trolls« ).

C’est alors que tout le marketing du film a commencé à s’articuler autour du féminisme, du fait qu’il s’agissait du « premier film de super-héros avec une femme dans le rôle principal » (les fans de Wonder Woman apprécieront), de l’actrice et des « attaques » qu’elle subissait, et les acteurs en interviews de se plaindre constamment des « trolls sexistes » et autres « alt-right », bref tous les mots-clés habituels invoqués par la gauche.

Le souci, c’est qu’on parle de la promotion d’un film là, pas d’une campagne politique.
C’est exactement où je voulais en venir : ce film marque la transition de Disney et du MCU d’un univers de divertissement, vers une oeuvre dont le message politique est de plus en plus assumé.

Beaucoup ont dit que le film Captain Marvel lui-même n’était pas féministe, et que c’est seulement la communication autour du film qui l’était. Si le message n’y est pas aussi lourd que dans les discours de Brie Larson, il est quand même bien présent.

(Mini spoilers) On y retrouve les lubies des féministes qui n’existent pas dans la vraie vie, comme le fait que tous les hommes de sa vie lui gueulent dessus simplement parce qu’elle est une fille, lui répètent en boucle qu’elle n’est pas à sa place peu importe ce qu’elle fait, en gros tout le monde lui dit « tu es une fille, reste à ta place et tais-toi ».

Tout au long du film, ce personnage est un peu celui que toutes les féministes rêvent d’être. Victimisée pour le simple fait d’être une fille, elle devient ultra-puissante du jour au lendemain, reste le personnage le plus puissant du film du début à la fin, et se comporte de manière hautaine avec tout le monde, en particulier les hommes, et tout particulièrement Nick Fury qui, bien qu’il soit noir, reste un homme cis privilégié, donc forcément elle lui parle comme à une merde tout au long du film, ce qui ne semble pas le déranger le moins du monde d’ailleurs, il dit juste oui à tout.

Là où le film se révèle vraiment comme une oeuvre gauchiste (dans le sens SJW/gauchisme de 2019), c’est qu’il se permet, comme les SJW, de réécrire l’histoire passée, et d’ainsi s’approprier les résultats d’un travail effectué par d’autres. J’entends par là que les personnages des autres films, on les a suivi pendant 10 ans, l’attachement à certains noms ou symboles a été mérité par ces personnages. Captain Marvel, étant une préquelle aux autres films du MCU (le film se déroule dans les années 90), pirate ces noms, événements et symboles et se les approprie comme s’ils venaient en fait de ce personnage, afin que notre attachement se reporte sur elle, sans le moindre effort.

(Spoilers) Une pensée particulière pour Fury qui se fait éborgner par un chat, alors que l’histoire de la perte de son oeil avait été établie comme différente dans The Winter Soldier. Scène absolument ridicule d’ailleurs, où le mec perd son oeil et s’en bat littéralement les couilles, il préfère jouer avec le chat. Carol Danvers (Captain Marvel) se comporte comme une pâle copie de Tony Stark version femme, le potard de sarcasme sur 10, le charisme en moins. Ça donne un spectacle souvent gênant. Et comment oublier que ce film nous apprend que c’est Captain Marvel qui a inspiré le nom « Avengers », et qu’elle vole ainsi le titre de « premier avenger » à Captain America. C’est grâce à elle que Nick Fury et le S.H.I.E.L.D se sont préparés à une invasion extraterrestre. C’est grâce à elle qu’ils avaient le tesseract. En gros tous les événements marquants de ces 10 dernières années, que vous avez aimés, c’est grâce à elle. Donc vous devez l’aimer.

La formule Marvel à bout de souffle

Là où Captain Marvel révèle son pire défaut, au-delà même de l’aspect féministe, c’est… tout le reste. C’est un film incroyablement passable. 10 minutes après être sorti de la salle, vous aurez oublié 90% du film.

La réalisation est inexistante. Le film n’est ni beau ni moche. Personne ne connaît le nom des réalisateurs. Il pourrait y en avoir 1, 3, 10, aucun, on a l’impression que le résultat serait le même. Il y a simplement une caméra pour nous montrer ce qu’il se passe. Les effets spéciaux sont impeccables, mais en 2019 on ne s’attend pas à moins. L’inverse serait choquant. (Il faut quand même avouer que le travail fait pour rendre Samuel L. Jackson plus jeune à l’image est vraiment impressionnant. Du Benjamin Button puissance 10. Mais bon dans la vraie vie le mec a 70 ans et on lui en donnerait 50, ça doit aider.)

Le scénario suit la même trame que les autres films de super-héros, à quelques détails près (la plupart des super-héros doivent suivre une certaine progression au long du film avant de maîtriser tout leur potentiel, Carol Danvers, elle, est surpuissante du début à la fin). On ne retient aucun nom, on ne s’attache à aucun personnage, si ce n’est Nick Fury, qu’on connaît depuis longtemps. Même le personnage principal, on s’en fout un peu. Le jeu c’est juste de chercher les références 90’s et les liens avec les autres films du MCU.

Mais quand on y pense, tout ça, on pourrait le dire de tous les films Marvel depuis quelques années, à l’exception d’Infinity War.

À l’époque d’Ant-Man (2015) déjà, ça commençait à se voir. Les films solo, les origin story, on connaît. Doctor Strange (2016) c’était pas la folie. Spider-Man Homecoming (2017) c’était un peu un événement, parce que Spider-Man reste le plus connu de tous les super-héros, quoi qu’on en dise. Mais le film en tant que tel, ça cassait pas trois pattes à une araignée. Ant-Man 2 (2018) et Black Panther (2018) non plus. Le succès de ce dernier n’est dû qu’aux afro-américains qui se sont rués pour voir le film au cast 99% noir. Mais le film reste du MCU standard. Ils vont miser dessus et ça fera des milliards à chaque fois parce que les wakandais sont communautaires, mais artistiquement…

We Wuz Wakanda n’shiet

Les frères Russo (réalisateurs, entre autres, de Captain America: Civil War, Infinity War et Endgame) sont les seuls qui aient réussi à laisser une empreinte dans le MCU. Mention spéciale également à Taika Waititi qui a réussi à faire renaître le personnage de Thor dans Thor: Ragnarok (2017).

Avec Endgame, c’est la fin de la première grosse saga du MCU, la fin des héros principaux, ceux que tout le monde connaît et aime, Chris Evans en Captain America, Robert Downey Jr. en Iron Man (certainement le rôle le mieux casté de l’Histoire du cinéma) et tous les Avengers qui sont devenus aujourd’hui des personnages mainstream.

Les Avengers avaient marché parce que les films solo qui avaient précédé étaient frais et nouveaux, à l’époque. Et les gens allaient voir Avengers pour voir leurs héros ensemble. Seconde phase, post-2010, les gens vont voir les films solo pour voir en quoi ils auront un impact sur le prochain Avengers.

Je suspecte d’ailleurs que ce soit la raison pour le succès monumental de Captain Marvel au box-office ($1 milliard). Le film est calé pile entre Infinity War et Endgame, et la toute dernière scène du premier faisait directement référence au personnage de Brie Larson. On a forcément envie de savoir quel est l’impact de Captain Marvel sur Avengers: Endgame, donc on va voir le film (ils sont malins chez Disney).

La seule et unique raison du succès de Captain Marvel

Avec les Avengers à la retraite à partir de 2019, qu’est-ce qui poussera le public vers les nouveaux films du MCU version 2.0 ?

Les patrons de Marvel Studios et Disney, confortés par les succès de Black Panther et Captain Marvel, ont d’ailleurs publiquement annoncé que tout ceci n’était que le début des films « engagés » (comprendre “propagande d’extrême gauche”) de la saga.

Le grand public, loin de l’univers des SJW de twitter et des wakandais, trouvera-t-il un intérêt à ces nouveau héros à venir, menés par le personnage le moins charismatique de la galaxie, à savoir Brie Larson en Captain Marvel, déjà annoncée comme la relève de Tony Stark en tant que leader du MCU ?

En l’état, je vois 3 voies possibles pour Marvel Studios :

  1. Ils continuent à tout miser sur Captain Marvel, aveuglés par le succès commercial du film, et s’enfoncent dans le gauchisme jusque dans les abysses, jusqu’à ce que leur franchise meure, à la manière de Star Wars (sujet sur lequel on pourrait revenir)
  2. Ils continuent à tout miser sur Captain Marvel, mais le public réagit vite et les ventes baissent à tel point que les dirigeants comprennent qu’il faut changer de stratégie, et remontent progressivement la pente, en écartant petit à petit les héros et histoires SJW-compatibles, et en faisant de Spider-Man leur héros principal (qui me semble le pont parfait entre le MCU old-school et la nouvelle ère qui commence, et reste le nom le plus connu pour attirer les foules).
  3. Ils misent sur la nouvelle opportunité offerte par le récent rachat de la 21st Century Fox par Disney : le retour des X-Men dans l’escarcelle Marvel. Les possibilités de scénario sont innombrables, la timeline de la Fox est tellement pétée qu’un reboot complet et total serait accueilli volontiers par tous les fans, et après les Avengers, X-Men est le seul nom qui semble assez gros pour continuer à rassembler le public.

Quelle que soit l’option qu’ils choisiront, même s’il est évident qu’ils continueront d’engranger des millions pendant encore quelques années, le risque de sombrer (en particulier artistiquement) reste bien réel, et un changement de formule semble indispensable si le Marvel Cinematic Universe veut rester intéressant.

Article proposé par Michel Ausephe

Cette publication est l'oeuvre d'un de nos lecteurs qui nous a généreusement offert un article à diffuser. Si vous aussi vous souhaitez partager un de vos articles, faites le nous parvenir à l'adresse email suivante rage-culture@protonmail.com nous serons ravis de lire votre prose.
One Comment
  1. kazed

    Très bon article merci. Films, livres, jeux vidéo, histoires, musique le gauchisme pourrit tout ce qu il touche pour ses besoins de propagande.

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *