Société

Laurent Alexandre vs Alain Damasio, le transhumanisme va-t-il nous détruire?

23 avril 2019

author:

Laurent Alexandre vs Alain Damasio, le transhumanisme va-t-il nous détruire?


Ce ne fut pas une surprise pour moi de découvrir, lors de son passage à Thinkerview, l’antipathie qu’entretenait Alain Damasio pour Laurent Alexandre. Le premier est farouchement contre le transhumanisme alors que l’autre en est le seul porte parole en France. Étant un technophile, je trouve toujours intéressant d’écouter les personnes technocritiques : elles portent sur la technologie un regard différent du mien et me forcent à repenser ma relation avec cette dernière.

la technique aspirerait l’âme et épuiserait l’énergie vitale des peuples au sein desquels elle se développe

Par exemple, je trouve intéressant le point de vue de l’auteur du best seller « La horde du contre-vent » qui voit dans le transhumanisme la volonté « d’externaliser dans la technique ce que la chair et l’esprit ne sont pas capables de faire”. Il postule alors que l’homme ne manque de rien et a déjà en lui tout ce dont il a besoin pour vivre une vie riche, intense et féconde et que la technologie, en lui offrant beaucoup de confort, lui enlève ce qu’il a de plus précieux, la puissance d’agir par lui même. En résumé, la technique aspirerait l’âme et épuiserait l’énergie vitale des peuples au sein desquels elle se développe. C’est une réflexion que je trouve tout à fait valable. Christopher Steding l’avait déjà menée en parlant de la « neutralisation de la culture européenne » en corrélation au progrès technique entamé au moment de la réforme.

Doit-on renoncer au progrès?

Pour autant, renoncer délibérément à la lutte pour le progrès technique en vue de conserver son âme est un choix éminemment problématique. D’une part, parce que c’est contre notre nature, de l’autre, parce que cela ne ferait qu’accélérer notre transformation en réserve aborigène pour Chinois du XXIIe siècle.

« On n’arrête pas le progrès! » Comme le fait remarquer Étienne Klein, cette expression qui, à son époque, voulait dire « Il ne serait pas bien de vouloir l’arrêter », recouvre aujourd’hui un sens différent qui voudrait que « l’évolution technique acquière une sorte d’autonomie par rapport à nos désirs », passant d’un jugement moral, à un jugement pratique.

C’est exactement la réflexion que tient Laurent Alexandre et c’est en cela que, même si je peux entendre la critique qu’Alain Damasio adresse au transhumanisme, je trouve que ses attaques envers le premier manquent cruellement de pertinence à plusieurs niveaux. Voici en somme ce qu’il lui reproche. Premièrement d’être un millionnaire qui prend un plaisir pervers à porter un discours transhumaniste sous couvert de lanceur d’alerte afin de préparer les esprits à un projet qui l’enthousiaste réellement. Et deuxièmement, que son discours sur l’anti-vieillissement et sur le fait que certains d’entre nous pourraient vivre 1000 ans soit du “bullshit’ (sic) et qui relèverait d’une promesse messianique. Je vais m’attacher à démontrer pourquoi je pense strictement l’inverse et pourquoi mon coeur balance du côté de Laurent Alexandre.

Je passerai outre l’attaque sur la fortune de Laurent Alexandre qu’il a engrangée en revendant Doctissimo puis en créant une compagnie de séquençage génétique. Ce n’est pas mal en soit de faire de l’argent, même si c’est toujours de bon ton en France de pointer du doigt les gens qui ont réussi, et je ne suis pas sûr qu’il le lui reproche vraiment. Il le met en exergue pour mieux cerner d’où il parle, passons…Il s’en sert tout de même pour dépeindre un personnage fantasmé tout droit sorti d’une fiction, qui userait de son pouvoir de façon perverse en jouant sur une peur infondée. Mais est-ce que la peur de Laurent Alexandre de voir l’Occident accuser un retard technologique, et donc perdre sa place dans le classement des civilisations, est si infondée que ça?

Une compétition technologique civilisationelle

Laurent Alexandre sait parfaitement que nous sommes pris au piège tragique de l’emballement technicien qui s’est émancipé de la civilisation occidentale et qui suit désormais son propre destin, parfois à ses dépends. Mais il est pleinement conscient que le refuser, c’est se mettre en danger vis-a-vis d’autres civilisations en plein essor. Il dit clairement que le danger c’est d’être à la traîne technologique et que si nous refusons d’aller vers le transhumanisme, d’autres pays, eux, le feront. La conséquence sera un retard technologique sur eux et le déclassement de notre civilisation. Il vise une aire civilisationnelle en particulier : l’Asie de l’est et surtout la Chine, Singapour, la Corée du Sud et le Japon. Cette peur me semble tout à fait fondée, Donald Trump, lui même, aurait confié à Jimmy Carter récemment, qu’il craignait que la Chine ne soit déjà en avance.

Les news se succèdent sur les avancées venant de la partie Est de l’Eurasie. Pêle-mêle, un scientifique chinois vient d’éditer les gènes d’un bébé (un sur 2 jumeaux) liés à l’intelligence. Ça permettra évidemment de voir l’effet sur l’intelligence de ce bébé en le comparant à son jumeau qui fait aussi de version contrôle . Le gouvernement chinois a choisi suite à cela de se positionner fermement contre. Mais ce qu’il faut comprendre c’est que dans des sociétés de répression comme la Chine, interdire est un moyen pour le gouvernement de s’assurer le monopole d’un domaine. On voit aussi au travers d’un sondage que 50% des chinois sont prêts à pratiquer la sélection de gènes pour leur bébé quand dans le même temps 78% des français seraient contre.

On peut également évoquer cette récente expérience menée par des scientifiques chinois qui consista à implanter un gène lié à l’intelligence humaine sur un singe pour observer les conséquences sur ses capacités cognitives. Ils ont découvert que ces singes obtenaient de meilleurs résultats aux tests sur la mémoire à court terme et sur le temps de réaction, en comparaison avec les macaques vivant dans la nature.

Je ne résiste pas à l’envie de mettre en avant cette expérience Sud-Coréenne qui a créé des souris cyborgs dont la pensée est contrôlée par les humains. Il y a même une vidéo montrant comment la souris ignore les tentations sexuelles et alimentaires pour parcourir un labyrinthe sous l’emprise humaine.

Une éthique différente

Autre statistique qui témoigne d’un paradigme et d’une éthique totalement différente, mais à prendre avec des pincettes car je n’ai pas pu remonter à la source de l’information, ne parlant pas chinois. « Un sondage a été effectué sur WeChat auprès de 2,000 Chinois au sujet de leur réaction sur la fusillade de Christchurch. Je ne sais pas cependant comment ces personnes ont été sélectionnées et si elles sont représentatives de la population chinoise, donc encore une fois, c’est à prendre avec des pincettes. Dans une des questions, plus de 60% d’entre eux voient cet événement comme une revanche plus que comme une attaque terroriste ». Je ne suis pas sûr qu’on obtiendrait un tel chiffre en Occident.

Au vu de ces éléments l’alerte de Laurent Alexandre me semble fondée. Si on choisit de ne pas y aller, d’autres iront de toute façon et on ne pourra pas les arrêter puisqu’en refusant le progrès technologique on se met en position de faiblesse envers eux. C’est déjà arrivé dans le sens inverse dans l’Histoire. La Chine avait une flotte conséquente au 15eme siècle, faite de Bateaux Trésors, mais les élites de l’époque ont fait le choix de la détruire et de se concentrer sur le continent, attaqué à l’époque au nord par les mongols. Ça a permis à l’Europe de s’octroyer une suprématie sur les mers et sur le monde pendant 5 siècles sans rival. Aujourd’hui il se passe exactement l’opposé et c’est un danger réel qu’il convient de prendre en compte et ne pas minimiser comme le fait Alain Damasio.

Vivra-t-on 1000 ans?

Pour finir, penchons nous sur l’anti-vieillissement, est-ce que c’est du “bullshit” ou est-ce que certains d’entre nous vivrons vraiment 1000 ans? On a déjà fait des progrès énormes dans l’anti-vieillissement. On sait inverser l’effet de vieillissement à l’échelle cellulaire, les premiers médicaments qui tuent les vieilles cellules et combattent le processus de sénescence ont passé les premiers tests sur des humains et on a réussi à redonner les capacités cognitives d’une personne de 20 ans à des personnes âgées avec une stimulation électrique, enfin, ces chercheurs israëliens ont réussi à imprimer en 3D un coeur fait de tissus humains, ce qui ouvre le champs d’un possible remplacement d’organes.

Donc on ne sait pas ce qu’il va se passer dans le futur, c’est évidemment une formule choc pour galvaniser la foule de dire :“il y en a parmi vous qui vivront 1000 ans”, car en fait les techniques ne sont pas encore au point et on ne sait pas quand elles le seront donc pour vivre 1000 ans il faut remplir 2 conditions aujourd’hui : être suffisamment jeune pour voir ces techniques arriver à maturité et être suffisamment riche pour pouvoir y avoir accès car seuls les plus riches pourront se les payer, au moins au début. Mais ce n’est pas du tout délirant de l’évoquer.

Le transhumanisme est donc essentiel à double titre. Tout d’abord, il est vital afin de conserver un avantage technologique nous permettant de garder notre place de choix dans le concert des nations. Et deuxièmement, d’un point de vue éthique, le transhumanisme a tout simplement la capacité de sauver et d’améliorer des vies. Je comprends bien que tant qu’il faudra un donneur pour remplacer ses organes, nous aurons besoin de suivre une règle éthique pour octroyer ces ressources rares. Mais si nous créons des organes en 3D pour remplacer des organes atteints de malformation, pourquoi devrait-on interdire à quelqu’un d’utiliser la même technique pour remplacer ses organes vieillissants si les ressources sont abondantes et commercialisables?

Les pieds sur Terre, celle de mes ancêtres, mais la tête dans les étoiles que j'aimerais voir explorées par mes descendants. Passionné par l'infiniment grand et l'infiniment petit. Amateur de Tit-for-Tat... c'est du langage à peine codé, ceux qui doivent comprendre comprendront.
2 Comments
  1. […] Laurent Alexandre vs Alain Damasio, le transhumanisme va-t-il nous détruire? […]

  2. […] humeurs, maladies… rien n’échappe aux systèmes de reconnaissance faciale - Anthropotechnie. Laurent Alexandre vs Alain Damasio, le transhumanisme va-t-il nous détruire? - Rage. Laurent Alexandre vs Alain Damasio, le transhumanisme va-t-il nous […]

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *